5 Les sept prophétesses ( Houldah )

15/11/2018 09:52

Les sept prophétesses

-Sarah la princesse,

-Myriam la sœur de Moïse,

-Déborah du livre des Juges,

-Hannah,

-Abigayil,

-Houldah,

-Esther la reine.

 

Houldah

 

Sous le règne de Josias, roi de Juda (640-609 av. J.C.), on découvre le livre de la Loi dans le Temple. A la suite de cette découverte, le roi ordonne d'aller "consulter le Seigneur".

 

 

Qui est Houlda ? Nous faisons sa connaissance dans le deuxième Livre des Rois, 22, 14-20 :

 
14 Hilkiyyahou, le pontife, Ahikam, Akhbor, Chafan et Assaya se rendirent auprès de la prophétesse Houlda, femme du gardien des vêtements,Challoum, fils de Tikva, fils de Harhas; elle demeurait à Jérusalem dans ledeuxième quartier. Quand ils lui eurent parlé,
15 elle leur répliqua: "Voici ce qu'a dit l'Eternel, Dieu d'Israël: Annoncez àl'homme qui vous a envoyés auprès de moi
16 Ainsi a parlé l'Eternel: Je vais amener le malheur sur cette contrée et ses habitants, toutes les choses prédites dans le livre qu'a lu le roi de Juda,
17 parce qu'ils m'ont abandonné et ont offert l'encens à des dieux étrangers, m'irritant par toutes les œuvres de leurs mains; aussi ma colère s'est-elle allumée contre cette contrée, pour ne plus s'éteindre.
18 Quant au roi de Juda qui vous envoie pour consulter l'Eternel, voici ce que vous lui direz: Ainsi a parlé l'Eternel, Dieu d'Israël, au sujet de ce que tu viens d'entendre:
19 Puisque ton cœur s'est attendri, et que tu t'es humilié devant l'Eternelen entendant que j'ai décrété la désolation et la malédiction contre cette contrée et ses habitants, puisque tu as déchiré tes vêtements et versé des larmes devant moi, de mon côté, je t'ai exaucé, dit l'Eternel.
20 Je te réunirai donc à tes ancêtres, tu iras les rejoindre en paix dans la tombe, et tes yeux ne verront pas les malheurs que je déchaînerai sur cette contrée." Ils rendirent compte de leur mission au roi.

 

Livre II des Chroniques chap.34, 22-28

 

 
21 "Allez consulter l’Eternel pour moi et pour le reste d’Israël et de Juda au sujet du livre qu’on vient de trouver, car grande est la colère de l’Eternel allumée contre nous, parce que nos ancêtres n’ont pas observé la parole de l’Eternel en se conformant à tout ce qui est écrit dans ce livre."
22 Hilkiyyahou et ceux [qu’avait désignés] le roi se rendirent auprès de laprophétesse Houlda, femme du gardien des vêtements, Challoum, fils de Tokehat, fils de Hasra. Elle demeurait à Jérusalem, dans le deuxième quartier.Ils lui parlèrent dans ce sens.
23 Elle leur répliqua: "Voici ce qu’a dit l’Eternel, Dieu d’Israël: Annoncez à l’homme qui vous a envoyés auprès de moi:
24 Ainsi a parlé l’Eternel: Je vais amener le malheur sur cette contrée et ses habitants, toutes les malédictions inscrites dans le livre qu’on a lu devant le roi de Juda,
25 parce qu’ils m’ont abandonné et ont offert l’encens à des dieux étrangers, m’irritant par toutes les œuvres de leurs mains; aussi ma colère s’est-elle répandue sur cette contrée, pour ne plus s’éteindre.
26 Quant au roi de Juda, qui vous envoie pour consulter l’Eternel, voici ce que vous lui direz: Ainsi a parlé l’Eternel, Dieu d’Israël, au sujet de ce que tu viens d’entendre:
27 Puisque ton cœur s’est attendri et que tu t’es humilié devant Dieu en entendant ses paroles touchant cette contrée et ses habitants, puisque tu t’es humilié devant moi, que tu as déchiré tes vêtements et versé des larmes, de mon côté, je t’ai exaucé, dit l’Eternel.
28 Je te réunirai donc à tes ancêtres, tu iras les rejoindre en paix dans la tombe et tes yeux ne verront rien des malheurs que je déchaînerai sur cette contrée et sur ses habitants." Ils rendirent compte de leur mission au roi.

 

IL y a une tradition qui dit qu'Ezéchiel "aime" Houlda .......mais cette tradition relève de symboles sémiotiques . Houlda est mariée au gardien des vétements Challoum.

 

Qui peut croire les paroles d’une femme ? Il faut être les partisans du  grand roi Josias, engagés dans une importante lutte idéologique pour oser  confier à Houlda la tâche de légitimer les réformes.

 

La prophétesse Houlda joue en effet un rôle tout à fait particulier au moment de la réforme de Josias. Elle prophétise le malheur de l’exil sur Jérusalem et la mort de Josias qui ne verra pas ce malheur, et elle ne fait qu’une brève apparition en 2 Rois 22. Mais c’est elle qui va donner  autorité et légitimité au document qui semble être une première forme du Deutéronome, c’est-à-dire le cœur du texte qui sert de crédo au mouvement deutéronomiste qui soutient la réforme de Josias.

Il n’est donc pas si simple d’être prophétesse et cette question de croire ou ne pas croire aux paroles des femmes qui ont un message à transmettre de la part de Dieu ne s’arrête pas là, elle traverse Ancien et Nouveau Testament.

 

 

 

Houlda fait vraiment partie de la lignée des prophètes bibliques choisis par Yahvé qui ne craignent pas de dénoncer de façon véhémente les fautes commises contre la Loi et qui exaltent la bonne conduite de ceux et celles qui la respectent

 

Ce qu'en dit le rabbin Jacques Kohn

 

Houlda : Epouse de Challoum ben Tiqwa, « gardien des vêtements » du roi Josias, elle est la seule prophétesse de l’époque de la monarchie davidique (II Rois 22, 14 à 20). Consultée par le monarque au sujet du rouleau de la Toradécouvert lors de la restauration du Temple, elle annonce les malheurs qui s’abattront sur le Royaume de Juda et sur ses habitants, précisant toutefois que l’exécution de ce jugement sera ajournée jusqu’à la mort de Josias compte tenu de son repentir.

Si le souverain a ainsi consulté
 ‘Houlda et non Jérémie, explique la GuemaraMeguila (14a), c’est parce qu’il pressentait qu’une femme se montrerait plus compatissante et plus disposée à intercéder auprès de Hachem . Et commeJérémie était apparenté à la prophétesse, étant tous deux des descendants de Josué et de Ra‘hav ( Meguila Ruth rabba 2), il ne redoutait pas qu’il pût s’en froisser. Lorsque Jérémie a admonesté les hommes et les a incités à la repentance, elle a fait de même auprès des femmes ( Pessiqta rabbathi 26, 129).
14b ; 
C’est en récompense des éminentes qualités de son mari, qui se rendait chaque jour hors des murailles de Jérusalem pour offrir aux voyageurs de quoi se désaltérer, que ‘Houlda a accédé à la prophétie. Elle tiendrait toutefois son nom peu élégant ( ‘houlda signifie en hébreu : « belette ») du dédain avec lequel elle a traité le roi, en l’appelant, dans sa réponse (II Rois 22, 15), « l’homme » et non : « Sa Majesté ».
 

 

 

Source bible hébreu/français sur le site

https://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft09b22.htm

https://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft25b34.htm

 

C’est Houldah que le grand prêtre alla consulter sur la demande de Josias, roi de Juda, après que celui-ci eut pris connaissance du contenu du rouleau de la Torah (Séfer Torah) qui venait d’être découvert dans le temple de Jérusalem dans la 18eannée du règne de Josias, soit en – 621 [70][70] Rois (II) 22.. Il était ouvert sur un passage du Deutéronome décrivant les châtiments qui frapperaient le peuple d’Israël s’il rompait par son comportement l’alliance conclue avec Dieu dans le désert. Il s’agit, selon le Midrach Hagadol, de Deut. 27,26 et selon Rachi sur 2 Rois 23,13, de Deut. 28,36. Dieu allait-Il mettre en œuvre les malédictions prévues dans le Deutéronome pour les transgressions de la Torah dont le peuple s’était rendu coupable ?

57

« Houldah la prophétesse, femme de Chaloum […] gardien des vêtements, qui habitait à Jérusalem dans le Michné […] leur dit : “Ainsi a parlé l’Éternel, Dieu d’Israël : Dites à l’homme qui vous a envoyés à moi : Voici ce qu’a dit l’Éternel : Je vais envoyer le malheur à cet endroit et à ses habitants, selon toutes les paroles du livre qu’a lu le roi de Juda, parce que vous M’avez abandonné […]. Ma colère s’est allumée contre cet endroit et ne s’éteindra pas […]. Et au roi de Juda qui vous a envoyés interroger l’Éternel, dites-lui […] : Parce que ton cœur est tendre et que tu t’es humilié devant l’Éternel en entendant ce que J’ai dit sur cet endroit et ses habitants […] Je te réunirai à tes pères […] dans la paix et tes yeux ne verront pas tout le mal que J’enverrai à cet endroit…” [71][71] Rois (II) 22, 14 à 20. »

58

La guemara dans Meguila 14b cite le premier de ces versets qui qualifie ‘Houldah du titre de prophétesse et se contente de cette preuve. Cependant elle s’interroge sur les raisons qui lui ont valu cette élection, alors qu’exerçait déjà à son époque le prophète Jérémie.

59

« L’École de Rav répond au nom de ce dernier : “elle était sa parente, donc cela ne le vexait pas.” Mais alors, pourquoi Josias ne s’est-il pas adressé plutôt à Jérémie ? »

60

Deux réponses sont données :

  • parce que les femmes sont plus accessibles à la pitié (en hébreu, ce mot ra’hamim est de la même racine que celui qui désigne la matrice, ré’hem) : tel est l’avis de l’école de Rav Chéla ; Non pas que ‘Houldah puisse modifier la prophétie qu’elle reçoit de Dieu, mais que la compassion la pousse à implorer la miséricorde divine afin d’abolir le décret fatal.

  • parce que Jérémie était parti à la recherche des Dix Tribus exilées par l’Assyrie, pour les amener au royaume de Juda, explique Rabbi Yohanan.

Quel mérite avait Houldah pour la vocation prophétique ? D’abord la naissance : comme Jérémie, elle descendait de l’union de Josué et Rahab, cette aubergiste qui avait sauvé à Jéricho les deux explorateurs envoyés par le successeur de Moïse. Mais elle avait aussi reçu une formation spirituelle : « elle habitait à Jérusalem dans le Michné », dans le beth oulpena traduit le Targoum, version araméenne du texte biblique « la maison d’étude ». Selon Rachi sur ce mot michné, elle enseignait à ses concitoyens le Michné Tora, le Deutéronome.

61

Si Josias s’est adressé à elle, c’est parce que Jérémie avait la réputation d’être le prophète du malheur et qu’il pensait qu’une femme devait s’exprimer avec plus de compassion, comme l’énonce l’École de Rav Chéla. Sans doute a-t-il été déçu par la rigueur de la réponse, mais peut-être soulagé de savoir qu’il ne serait pas témoin des châtiments annoncés ! En tout cas, il en a tiré la leçon car la suite du récit biblique le concernant décrit une longue suite d’actions destinées à effacer le culte des idoles et faire revivre la pratique religieuse d’Israël : apparemment il continue d’espérer que la techouva, le repentir sincère, aura raison du projet divin annoncé par Houldah !

62

L’explication ci-dessus de R. Yohanan laisse entendre que, si Jérémie n’était pas parti (providentiellement !) en mission, c’est tout de même à lui qu’il aurait fallu s’adresser. Sa notoriété était plus grande ! Un midrach[72][72] Midrach Psikta rabbati 26, 20. précise qu’à cette époque, trois prophètes annonçaient la parole divine : Jérémie prophétisait sur les places publiques, Sophonie dans les maisons de prière et ‘Houldah s’adressait spécifiquement aux femmes. Un parallélisme est même proposé avec les trois prophètes du désert : Moïse, Aaron et Myriam !

63

En quoi la prophétie de Houldah concerne-t-elle toutes les générations ? C’est en raison de l’appel à la pénitence qu’elle renferme. « Chaque prophète n’a prophétisé que pour les jours du Messie et pour prêcher la pénitence » exprime le traité Berakhot 34b du T.B, ce qu’avait déjà rapporté Rachi au début de notre page talmudique dans Meguila 14a.

64

Dans la suite, la guemara réserve à Houldah un jugement sévère, à partir du sens de son nom (« belette », un animal qui mord) et de l’exégèse de sa réponse : « Dites à l’homme qui vous a envoyés… » : est-ce un langage respectueux quand il s’agit du roi de Juda ?

65

Houldah est la seule personne, en dehors des rois de Juda, à avoir eu sa sépulture dans la Ville sainte et une double porte du Temple portait son nom. On remarquera que Josias est le dernier roi de la dynastie de David à avoir bénéficié aussi du premier de ces deux privilèges. Cela avait été annoncé dans la prophétie de Houldah : « Je te réunirai à tes pères et tu iras les rejoindre en paix dans la tombe. »

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/