LUC 16 : 1 À 18 ***LUKE 16 : 1 À 18 ***

16/05/2015 09:17

LUC 16 : 1 À 18 ***

 

1 ¶  Jésus dit aussi à ses disciples : Un homme riche avait un économe, qui lui fut dénoncé comme dissipant ses biens.

2  Il l’appela, et lui dit: Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends compte de ton administration, car tu ne pourras plus administrer mes biens.

3  L’économe dit en lui-même : Que ferai-je, puisque mon maître m’ôte l’administration de ses biens ? Travailler à la terre ? je ne le puis. Mendier ? j’en ai honte.

4  Je sais ce que je ferai, pour qu’il y ait des gens qui me reçoivent dans leurs maisons quand je serai destitué de mon emploi.

5  Et, faisant venir chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : Combien dois-tu à mon maître ?

6  Cent mesures d’huile, répondit-il. Et il lui dit : Prends ton billet, assieds-toi vite, et écris cinquante.

7  Il dit ensuite à un autre : Et toi, combien dois-tu ? Cent mesures de blé, répondit-il. Et il lui dit : Prends ton billet, et écris quatre-vingts.

8  Le maître loua l’économe infidèle de ce qu’il avait agi prudemment. Car les enfants de ce siècle sont plus prudents à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière.

9  Et moi, je vous dis : Faites-vous des amis avec les richesses injustes, pour qu’ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels, quand elles viendront à vous manquer.

10  Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes.

11  Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ?

12  Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ?

13  Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon.

14  Les pharisiens, qui étaient avares, écoutaient aussi tout cela, et ils se moquaient de lui.

15  Jésus leur dit : Vous, vous cherchez à paraître justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos cœurs ; car ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu.

16  La loi et les prophètes ont subsisté jusqu’à Jean ; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun use de violence pour y entrer.

17  Il est plus facile que le ciel et la terre passent, qu’il ne l’est qu’un seul trait de lettre de la loi vienne à tomber.

18  Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et quiconque épouse une femme répudiée par son mari commet un adultère.

 

NOTES DE JOHN MACARTHUR

16: 1

un économe. C’est-à-dire un serviteur jugé fidèle, souvent né dans la propriété, chargé de la gestion et de la répartition des biens de la maison. Il distribuait la nourriture à tous les autres serviteurs et gérait ainsi les ressources de son maître pour le bien-être des autres. Il agissait en tant qu’agent de son maître et était investi de l’autorité qui lui permettait de négocier des affaires au nom de celui-ci.

dissipant ses biens. La prodigalité est le point commun entre cette parabole et la précédente. Tout comme le fils cadet de la parabole précédente, cet économe est coupable de dilapider les ressources qui lui ont été confiées. Cependant, à la différence du fils prodigue, il a suffisamment de bon sens pour s’assurer que ses dépenses inconsidérées ne le laisseront pas, finalement, sans amis ni sans aucune possibilité de secours.

16: 2

tu ne pourras plus administrer mes biens. En annonçant son intention de renvoyer l’homme, le propriétaire manque de sagesse, ce qui lui coûte encore davantage. De toute évidence, il pense que l’homme est coupable d’incompétence, et non de fraude. Cela explique son attitude au v. 8.

16: 3

Travailler à la terre? je ne le puis. L’homme ne se considère pas apte au travail physique.

16: 4

ce que je ferai. Il prévoit habilement d’offrir une large remise aux débiteurs de son maître, lesquels ne seront que trop contents de l’accepter.

me reçoivent dans leurs maisons. Ceux qui ont profité de l’allègement de leur dette seront dès lors ses obligés et devront l’inviter chez eux lorsqu’il sera renvoyé de chez son maître.

16: 6

vite. C’est une transaction secrète, menée à l’insu du maître. L’emprunteur est coupable de complicité délibérée avec l’homme et son attitude frauduleuse.

16: 8

Le maître loua l’économe infidèle. Tombé sur un plus malin que lui, il approuve la ruse de cet homme. Son admiration pour le génie criminel du mauvais économe montre qu’il est, lui aussi, un homme méchant. Un cœur pécheur admire naturellement l’habileté du méchant (#Ps 49:19). Il est à remarquer que tous les personnages de cette parabole sont méchants, peu scrupuleux et corrompus.

plus avisés. La plupart des non-croyants montrent plus de perspicacité dans les affaires du monde que certains croyants (les « enfants de lumière », cf. #Jn 12: 36 ; #Ep 5:18) n’en manifestent dans les choses de Dieu.

16: 9

les richesses injustes. C’est-à-dire l’argent. L’économe infidèle a employé l’argent de son maître pour s’acheter l’affection d’amis de ce monde; les croyants doivent utiliser l’argent de leur Maître de manière à ce qu’il leur rapporte des amis pour l’éternité. Dans ce but, ils l’investiront dans l’Évangile du royaume qui conduit les pécheurs au salut; ainsi, lorsqu’ils entreront au ciel (« les tabernacles éternels »), ces pécheurs seront là pour les accueillir. Christ ne recommande pas la malhonnêteté de cet homme, puisqu’il le qualifie à juste titre d’« infidèle » (v. #Lu 16: 8). Cependant, ce personnage lui permet d’illustrer une vérité: même les fils de ce monde les plus méchants savent prendre leurs précautions pour se protéger du mal à venir. Les croyants devraient se montrer d’autant plus prévoyants qu’ils sont animés par des considérations éternelles, et non simplement terrestres. Cf. #Lu 12: 33 ; #Mt 6:19-21.

16: 10

Celui qui est fidèle. Probablement un proverbe courant. Cf. #Lu 19: 17 ; #Mt 25: 21.

16: 11

les véritables. L’emploi fidèle des richesses terrestres est régulièrement mis en relation avec l’accumulation de trésors dans le ciel (cf. #Lu 12: 33 ; #Lu 18: 22 ; #Mt 6:19-21).

16: 12

ce qui est à autrui. C’est-à-dire à Dieu; le passage traite de la gestion de l’argent que Dieu confie aux croyants pour qu’ils l’emploient, mais dont il est, lui, le propriétaire.

16: 13

Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon. De nombreux pharisiens enseignaient qu’une dévotion envers l’argent (« Mammon ») et le culte rendu à Dieu étaient compatibles (v. #Lu 16: 14). Cette idée allait de pair avec la conviction populaire qui voulait que les richesses terrestres soient des manifestations de la bénédiction divine. Les hommes riches étaient ainsi considérés comme les favoris de Dieu. Sans condamner la richesse en tant que telle, Christ critique sévèrement l’amour de l’argent et la dévotion à Mammon.

16: 15

vous cherchez à paraître justes. Les pharisiens croyaient que leur propre bonté suffisait à les justifier (cf. #Ro 10:3). Une telle attitude est l’exemple type de la propre justice. Cependant, comme Jésus le suggère, leur justice était loin d’être parfaite: en réalité, elle n’était qu’un vernis extérieur. Elle suffisait probablement pour les justifier aux yeux des hommes, mais pas devant Dieu, qui connaissait leur cœur. Jésus a régulièrement dénoncé le travers consistant à rechercher l’approbation des hommes (cf. #Mt 6:2, #Mt 6:5, #Mt 6:16 ; #Mt 23: 28).

16: 16

jusqu’à Jean. Le ministère de Jean-Baptiste marqua un tournant décisif dans l’histoire de la rédemption. Auparavant, les grandes vérités concernant Christ et son royaume étaient voilées dans les types et les ombres de la loi et présentes sous la forme de promesses dans les écrits des prophètes (cf. #1Pi 1:10-12). Contrairement à ces derniers, Jean-Baptiste introduisit le roi lui-même. Les pharisiens, qui se considéraient comme des experts de la loi et des prophètes, passèrent à côté de la signification profonde de Celui-là même dont parlaient toute la loi et les prophètes.

chacun use de violence pour y entrer. Cf. #Jér 29:13. Alors que les pharisiens étaient occupés à s’opposer à Christ, les pécheurs entraient dans son royaume en grand nombre. La « violence » renvoie probablement au zèle des pécheurs, qui cherchaient de tout leur cœur à entrer dans le royaume.

16: 17

qu’un seul trait de lettre de la loi vienne à tomber. Jésus ajoute cette parole à l’attention de toute personne susceptible de penser que les affirmations du v. 16 annulent la loi et les prophètes. Les grands principes moraux de la loi, les vérités éternelles contenues dans ses types et symboles, ainsi que les promesses dont parlent les prophètes demeurent tous en vigueur et ne sont en rien abrogés par le message du royaume.

16: 18

commet un adultère. Dans le cas où le divorce n’a pas de motif légitime. Luc donne un récit abrégé de l’enseignement de Jésus à ce sujet, en mettant l’accent uniquement sur le thème principal de son message. Le récit plus complet fourni par Matthieu indique clairement que le divorce était autorisé par le Seigneur en cas d’adultère. Cet enseignement s’opposait à la doctrine des rabbins, qui permettaient aux hommes de divorcer de leur épouse pour presque n’importe quelle raison (#Mt 19: 3).

Lazare. De toute évidence, il n’est pas question ici du Lazare de #Jn 11 (qui mourut plus tard). Ce mendiant est le seul personnage des paraboles de Jésus à recevoir un nom. Cette particularité a fait dire à certains commentateurs qu’il ne s’agit pas d’un récit fictif, mais d’un incident authentique. Quoi qu’il en soit, Christ l’emploie de façon identique à toutes ses paraboles, c’est-à-dire dans le but d’enseigner une leçon, et dans ce cas à l’attention des pharisiens.

 

LUKE 16 : 1 À 18  ***

 

1 ¶ Jesus also told his disciples: A rich man had a steward who was denounced to him as wasting his goods.

2 He called him, and said: What I hear about you? Give an account of thy stewardship; for thou mayest be no longer steward.

3 The steward said within himself: What shall I do for my lord takes away my stewardship from? Working on the earth? I can not. Beg? I'm ashamed.

4 I know what I do, that there are people who receive me into their houses when I am removed from my job.

5 So he called each of his master's debtors, he said to the first, How much do you owe my master?

6 hundred measures of oil, he said. He said to him: Take thy bill, and sit down quickly and write fifty.

7 Then he said to another: And how much do you owe? A hundred measures of wheat, 'he replied. And he said to him, Take thy bill, and write eighty.

8 And the lord commended the unjust steward, because he had done wisely. For the children of this world are wiser in relation to their generation than are the children of light.

9 And I say unto you, Make to yourselves friends of the mammon of unrighteousness, that they may receive you into everlasting habitations, when ye fail.

10 He that is faithful in a very little is also in much: and he that is unjust in the least is also in much.

11 If therefore ye have not been faithful in the unrighteous mammon, who will trust you with true riches?

12 And if you have not been faithful in that which is another's, who will give you that which is your own?

13 No servant can serve two masters. For either he will hate the one and love the other; or he will hold to one and despise the other. You can not serve God and mammon.

14 The Pharisees, who were covetous, heard all this, and they ridiculed him.

15 Jesus said unto them, Ye are they which justify yourselves before men, but God knows your hearts; for that which is highly esteemed among men is an abomination before God.

16 The law and the prophets were until John; since then the kingdom of God is preached, and everyone uses violence to enter.

17 It is easier for heaven and earth to pass, than it is one tittle of the law to fail.

18 Whoever divorces his wife and marries another commits adultery, and whoever marries a woman divorced from her husband commits adultery.

 

NOTES JOHN MACARTHUR

16: 1

a thrifty. That is to say, a faithful servant tried, often born in the property, responsible for the management and distribution of the goods of the house. He distributed food to all the other servants and so his master managed the resources for the well-being of others. He acted as an agent of his master and was invested with the authority that allowed him to negotiate business in the name of it.

wasted his goods. Prodigality is the common point between this and the previous parable. As the youngest son of the previous parable, this saving is guilty of squandering the resources entrusted to it. However, unlike the prodigal son, he has enough sense to ensure that its reckless spending will not let him finally without friends or with no chance of rescue.

16: 2

you can no longer steward. By announcing its intention to refer the man, the owner lacks wisdom, which still costs him more. Obviously, he thinks that the man is guilty of incompetence, not fraud. This explains his attitude in v. 8.

16: 3

Working on the earth? I can not. The man does not consider himself fit for physical labor.

16: 4

what I will do. He deftly plans to offer a large discount to debtors of his master, who will be only too happy to accept.

receive me into their houses. Those who have benefited from debt relief will therefore be obliged her and will invite home when it returned from his master.

16: 6

fast. It is a secret transaction, conducted without the knowledge of the master. The borrower is guilty of willful complicity with the man and his fraudulent behavior.

16: 8

And the lord commended the unjust steward. Across a smarter than him, he approves the cunning of the man. His admiration for the genius of criminal wrong-efficient shows that it is, too, a bad man. A sinner heart naturally admire the skill of the wicked (#PS 49:19). It should be noted that all the characters of this parable are nasty, unscrupulous and corrupt.

wiser. Most unbelievers show more insight into world affairs that some believers (the "children of light" #Jn cf. 12: 36; #EP 5:18) not manifest in the things of God.

16: 9

the unrighteous mammon. That is to say, silver. The steward has used money from his master to buy the affection of friends in this world; believers must use money from their Master so he brings them friends for eternity. To this end, they will invest in the gospel of the kingdom which leads sinners to salvation; and, when they enter into heaven ("everlasting habitations"), these sinners will be there to greet them. Christ does not recommend the dishonesty of this man, as rightly qualifies as "infidel" (v #Lu. 16: 8). However, this character allows him to illustrate a truth: even the son of the most wicked world know take precautions to protect themselves from future harm. Believers should show even more foresight they are driven by eternal considerations, not just land. See #Lu 12: 33; #Mt 6: 19-21.

16: 10

He who is faithful. Probably a common proverb. See #Lu 19: 17; #Mt 25: 21.

16: 11

true. The faithful use of earthly riches is regularly related to the accumulation of treasures in heaven (cf. #Lu 12: 33; #Lu 18: 22; #Mt 6: 19-21).

16: 12

what is another's. That is to say, to God; the passage deals with the management of the money God has entrusted to believers to use it, but he himself is the owner.

16: 13

You can not serve God and mammon. Many Pharisees taught that devotion to money ("Mammon") and the worship of God were compatible (v #Lu. 16: 14). The idea was consistent with popular belief that wanted the earthly riches are manifestations of the divine blessing. Rich men were thus considered the favorites of God. Without condemning wealth as such, Christ severely criticized the love of money and devotion to Mammon.

16: 15

You are they which justify. The Pharisees believed that their own goodness enough to justify (see #Ro 10: 3). Such an attitude is an example of self-righteousness. However, as Jesus suggests, their righteousness was far from perfect: in reality it was only a veneer exterior. She probably enough to justify in the eyes of men, but not before God, knowing their heart. Jesus regularly denounced through of seeking the approval of men (cf. #Mt 6: 2, 6 #Mt: 5, 6:16 #Mt; #Mt 23: 28).

16: 16

until John. The ministry of John the Baptist was a turning point in the history of redemption. Previously, the great truths about Christ and his kingdom were veiled in the types and shadows of the law and present in the form of promises in the writings of the prophets (cf. 1 Peter # 1: 10-12). Unlike them, John the Baptist introduced the king himself. The Pharisees, who considered themselves experts in the law and the prophets, went off the deep significance of the very One that spoke to all the law and the prophets.

everyone uses violence to enter. See # Jer 29:13. While the Pharisees were busy oppose Christ, sinners entered his kingdom in large numbers. "Violence" probably refers to the zeal of sinners, who sought with all their heart to enter the Kingdom.

16: 17

one tittle of the law to fail. Jesus added this word to the attention of anyone who might think that the affirmations of v. 16 nullify the law and the prophets. The great moral principles of the law, the eternal truths contained in its types and symbols, and the promises which the prophets speak all remain in force and are in no way abrogated by the message of the kingdom.

16: 18

commits adultery. In the case where divorce has no legitimate reason. Luke gives a brief account of Jesus' teaching on this subject, focusing only on the main theme of his message. The most complete account provided by Matthew makes clear that divorce was permitted by the Lord for adultery. This teaching was opposed to the doctrine of the rabbis that allowed men to divorce their wives for almost any reason (#Mt 19: 3).

Lazare. Obviously, there is no question here of 11 #Jn Lazarus (who later died). This beggar is the only character of Jesus' parables to receive a name. This feature has led some commentators that this is not a fictional story, but a genuine incident. Anyway, Christ uses it the same way all his parables, that is to say, in order to teach a lesson, and in this case to the attention of the Pharisees.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/