MARC 6 : 1 À 15 ***MARK 6 : 1 À 15 ***

27/12/2014 15:30

MARC 6 : 1 À 15 ***

1 ¶  Jésus partit de là, et se rendit dans sa patrie. Ses disciples le suivirent.

2  Quand le sabbat fut venu, il se mit à enseigner dans la synagogue. Beaucoup de gens qui l’entendirent étaient étonnés et disaient : D’où lui viennent ces choses ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et comment de tels miracles se font-ils par ses mains ?

3  N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon ? et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous ? Et il était pour eux une occasion de chute.

4  Mais Jésus leur dit : Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie, parmi ses parents, et dans sa maison.

5  Il ne put faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il imposa les mains à quelques malades et les guérit.

6  Et il s’étonnait de leur incrédulité. Jésus parcourait les villages d’alentour, en enseignant.

7 ¶  Alors il appela les douze, et il commença à les envoyer deux à deux, en leur donnant pouvoir sur les esprits impurs.

8  Il leur prescrivit de ne rien prendre pour le voyage, si ce n’est un bâton ; de n’avoir ni pain, ni sac, ni monnaie dans la ceinture ;

9  de chausser des sandales, et de ne pas revêtir deux tuniques.

10  Puis il leur dit : Dans quelque maison que vous entriez, restez-y jusqu’à ce que vous partiez de ce lieu.

11  Et, s’il y a quelque part des gens qui ne vous reçoivent ni ne vous écoutent, retirez-vous de là, et secouez la poussière de vos pieds, afin que cela leur serve de témoignage.

12  Ils partirent, et ils prêchèrent la repentance.

13  Ils chassaient beaucoup de démons, et ils oignaient d’huile beaucoup de malades et les guérissaient.

14 ¶  Le roi Hérode entendit parler de Jésus, dont le nom était devenu célèbre, et il dit : Jean Baptiste est ressuscité des morts, et c’est pour cela qu’il se fait par lui des miracles.

15  D’autres disaient : C’est Elie. Et d’autres disaient : C’est un prophète comme l’un des prophètes.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

6:1

sa patrie. Nazareth, la ville où résidait Jésus.

Ses disciples. Jésus n’était pas en visite privée ou familiale, mais effectuait son ministère.

6:2

sabbat. Cela impliquait qu’aucun enseignement ne pouvait être dispensé jusqu’au prochain sabbat.

étonnés. Le même mot apparaît en #Mr 1:22; à cette occasion-ci toutefois, la réaction première des gens fut de céder au scepticisme et d’adopter une attitude critique vis-à-vis de Jésus.

6:3

charpentier. Les gens considéraient toujours Jésus comme celui qui avait repris l’affaire de son père (cf. #Mt 13: 55), un artisan travaillant le bois et d’autres matériaux durs (p. ex. la pierre, les briques). Le modeste statut social de Jésus et de sa famille sur la terre fut pour ses concitoyens une occasion de chute: ils ne pouvaient accepter de le considérer supérieur à eux et ne pouvaient concevoir qu’il puisse être le Fils de Dieu, le Messie.

fils de Marie. C’est la seule fois où Jésus est appelé ainsi. Il était plus courant d’identifier quelqu’un par le nom de son père (Joseph). Peut-être, les auditeurs de Jésus dérogeaient-ils à la tradition du fait que Joseph était déjà mort, ou alors parce qu’ils se souvenaient des rumeurs concernant sa naissance et son illégitimité supposée (voir #Jn 8:41 ; #Jn 9:29) et cherchaient ainsi à l’insulter. On appelait quelqu’un fils de sa mère s’il était de père inconnu.

frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon. C’étaient d’authentiques demi-frères de Jésus. Jacques allait devenir le chef de l’Église de Jérusalem (cf. #Ac 12: 17 ; #Ac 15: 13 ; #Ac 21: 18 ; #1Co 15: 7 ; #Ga 1:19 ; #Ga 2:9-12) et écrire l’épître de Jacques. « Jude » (nom hébreu « Judas ») allait écrire l’épître de Jude. On ne sait rien de plus des deux autres.

ses sœurs. Authentiques demi-sœurs de Jésus dont les noms n’apparaissent jamais dans le N.T. On ne sait rien à leur sujet, pas même si elles devinrent chrétiennes, comme le reste de la famille.

était pour eux une occasion de chute. Le verbe français « scandaliser » vient du verbe grec traduit par « était pour eux une occasion de chute », qui signifie principalement « chuter » ou « se faire piéger » et donc tomber dans le péché. Les habitants de Nazareth étaient profondément offensés de voir Jésus adopter l’attitude d’un grand docteur, du fait de ses origines sociales modestes, de son faible niveau d’éducation et de l’absence d’une certification officiellement reconnue d’un rang dans la hiérarchie religieuse.

6:4

Jésus acceptait le titre de prophète, qui correspondait à l’un de ses « trois offices » (expression utilisée pour désigner son œuvre en tant que sacrificateur, prophète et roi; #Mr 6:15 ; #Mr 8:28 ; #Mt 21: 11, #Mt 21: 46 ; #Lu 7:16 ; #Lu 24: 19 ; #Jn 6:14 ; #Jn 7:40 ; #Jn 9:17).

sa maison. Sa propre famille (cf. #Jn 7:5 ; #Ac 1:14).

6:5

Il ne put faire là aucun miracle. Cf. #Mt 13: 58. Cela ne suggère pas que son pouvoir ait été en quelque manière amoindri par leur incrédulité, mais peut-être que, du fait de leur incrédulité, les gens ne venaient pas vers lui pour recevoir une guérison ou un miracle, comme on le faisait à Capernaüm et à Jérusalem. Autre raison, plus importante: Christ limitait peut-être la puissance de son ministère, autant par miséricorde  de façon à ne pas les endurcir plus par une démonstration plus claire, qui ne pouvait que leur attirer une condamnation encore plus grande - que par jugement à leur encontre, du fait de leur incrédulité. Bien qu’il ait conservé toute sa puissance miraculeuse, il refusait de s’en servir puisqu’ils le rejetaient. Les miracles se produisaient donc parmi les personnes qui étaient déjà prêtes à croire.

6:6

Et il s’étonnait de leur incrédulité. « S’étonnait » signifie que Jésus était complètement surpris et stupéfait de la réaction des habitants de Nazareth envers lui, envers ses enseignements et ses miracles. Ce n’est pas leur incrédulité qui le surprenait, mais il ne comprenait pas comment ils pouvaient le rejeter et prétendre, dans le même temps, le connaître parfaitement. On aurait pu s’attendre à trouver beaucoup de foi dans cette ville de Galilée et cette région, où Jésus avait fait tant de miracles et dispensé tant d’enseignements.

villages d’alentour. Le résultat de la visite de Jésus à Nazareth fut qu’il quitta cette ville pour une tournée d’enseignement dans d’autres localités de Galilée, pour revenir près de sa ville de départ (cf. #Mt 9:35).

6:7

les douze. Les douze disciples étaient alors devenus un groupe reconnu comme investi d’une mission divine.

les envoyer. La forme du verbe grec indique que Jésus désigna chaque paire de disciples avant de les envoyer comme ses représentants.

 

deux à deux. Pratique dictée par la prudence (cf. #Ec 4:9-12) en vigueur chez les collecteurs de la dîme juive, et utilisée par Jean-Baptiste (#Lu 7:19), par Jésus à d’autres occasions (#Mr 11:1 ; #Mr 14: 13 ; #Lu 10:1), puis par l’Église primitive (#Ac 13:2-3 ; #Ac 15:39-41 ; #Ac 19: 22). Les disciples pouvaient ainsi s’apporter aide réciproque et encouragements, et ils se conformaient par ailleurs à l’exigence légale pour l’authentification d’un témoignage (#De 19: 15).

un bâton. Une canne, compagnon universel des voyageurs, car elle offre aussi une protection contre d’éventuels brigands et animaux sauvages.

ni sac. Ils ne devaient pas porter le sac de voyage en cuir que les voyageurs prenaient généralement pour y mettre leur nourriture.

6:9

chausser des sandales. Chaussures ordinaires qui se composaient de semelles en cuir ou en bois, attachées par des lanières à la cheville ou au coup de pied. Des « sandales » étaient indispensables pour protéger les pieds des routes brûlantes et rocailleuses d’Israël.

ne pas revêtir deux tuniques. Les « tuniques » étaient les vêtements standards de l’époque. Si l’on jouissait d’une certaine aisance matérielle, on en portait deux, mais Jésus voulait que les disciples s’identifient avec les gens du peuple et voyagent munis du strict nécessaire du point de vue vestimentaire.

6:10 Les disciples étaient censés faire preuve de discernement pour choisir leur lieu de résidence, mais une fois installés, leur seul objectif devait être leur ministère. Pendant qu’ils l’exerçaient, ils devaient se contenter de la première personne qui leur offrait l’hospitalité et des équipements qu’elle mettait à leur disposition: ce serait un bon témoignage auprès des autres (cf. #1Ti 6:6).

6:11

secouez la poussière. Acte symbolique par lequel ils pouvaient exprimer leur refus de poursuivre la relation. Il signifiait que ces gens avaient rejeté Jésus et l’Évangile et qu’ils étaient donc eux-mêmes rejetés par les disciples et par le Seigneur. Un certain nombre de manuscrits portent ici le v. de #Mt 10:15: « Je vous le dis en vérité: au jour du jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins rigoureusement que cette ville-là. » Ceux qui rejettent l’Évangile de Christ, Évangile de grâce et de salut, devront affronter un sort pire que les païens détruits suite au jugement divin sur ces villes de l’époque de l’A.T.

6:12-13

prêchèrent …  chassaient beaucoup de démons. Cf. v. #Mr 6:7. Ils étaient les hérauts de l’Évangile et parvenaient régulièrement à chasser les esprits mauvais des possédés. Cela rendait témoignage des pouvoirs de Christ sur le monde surnaturel et confirmait la légitimité de ses prétentions à être Dieu.

6:13

oignaient d’huile …  guérissaient. A l’époque de Jésus, l’huile d’olive était considérée comme une plante médicinale (cf. #Lu 10:34). En l’occurrence, elle représentait la puissance et la présence du Saint-Esprit, et était utilisée symboliquement en rapport avec les guérisons surnaturelles (cf. #Esa 11:2 ; #Za 4:1-6 ; #Mt 25:2-4 ; #Ap 1:4-12). Comme c’était un agent connu de guérison, les gens pouvaient s’y identifier de façon tangible pendant que les disciples exerçaient leur ministère parmi les malades.

6:14

Le roi Hérode entendit parler. D’après le contexte, Hérode entendit des témoignages passionnants à propos de Jésus et de la récente campagne de prédication et de guérison des disciples en Galilée.

Jean-Baptiste. Le précurseur de Jésus.

6:15

C’est Elie. Cette façon d’identifier Jésus se fondait sur l’attente par les Juifs d’un retour du prophète Elie avant la venue du Messie.

prophète …  l’un des prophètes. Certains voyaient en Jésus l’accomplissement de #De 18: 15, prophétie messianique annonçant celui qui, comme Moïse, conduirait son peuple. D’autres ne voyaient en lui qu’un grand prophète parmi d’autres, ou un homme qui reprenait le flambeau de la lignée interrompue des prophètes de l’A.T. Malgré leur inexactitude, les diverses opinions exprimées ici et ailleurs attestent bien que l’on percevait d’une certaine façon le caractère particulier, surnaturel, de Jésus.

 

MARK 6 : 1 À 15  ***

1 ¶ Jesus left there and went to his homeland. His disciples followed him.

2 When the Sabbath came, he began to teach in the synagogue. Many people who heard him were astonished, and said, Whence hath these things? What is this wisdom that has been given, and how such mighty works are wrought by his hands?

3 Is not this the carpenter, the son of Mary, the brother of Jacques, and Joses and Judas and Simon? And his sisters, are they not here with us? And it was for them offended.

4 But Jesus said unto them, A prophet is not without honor except in his hometown, among his relatives and in his own house.

5 He could not do any miracles there, except that he laid his hands upon a few sick people and healed them.

6 And he marveled because of their unbelief. Jesus went round about the villages, teaching.

7 ¶ Then he called the twelve, and began to send them two by two, giving them power over unclean spirits.

8 He instructed them to take nothing for the journey except a staff; for no bread, no bag, no money in their belts;

9 to wear sandals and not put on two tunics.

10 Then he said to them, In whatever house you enter, stay there until you leave that place.

11 And if there is somewhere people who do not receive you or listen to you, get you from there, shake off the dust from your feet for a testimony unto them.

12 And they went, and they preached repentance.

13 And they cast out many demons, and anointed with oil many that were sick and healed.

¶ 14 The king Herod heard of Jesus, whose name had become known, and he said, John the Baptist is risen from the dead, and that is why it is through him wonders.

15 Others said, It is Elijah. And others said, He is a prophet like one of the prophets.

NOTES JOHN MACARTHUR

6: 1

his homeland. Nazareth, the town where Jesus lived.

His followers. Jesus was not private or family visit, but was conducting his ministry.

6: 2

Sabbath. This meant that no instruction could be provided until the next Sabbath.

astonished. The same word appears #Mr 1:22; on this occasion it however, the first reaction of the people was to give in to skepticism and a critical attitude vis-à-vis Jesus.

6: 3

carpenter. People always regarded Jesus as the one who had taken over the business from his father (cf. #Mt 13: 55), a craftsman working wood and other hard materials (eg stone, brick..). The modest social status of Jesus and his family on the land was for his fellow citizens to sin: they could not agree to consider it superior to them and could not conceive it to be the Son of God, the Messiah.

son of Mary. This is the only time Jesus is called so. It was more common to identify someone by the name of his father (Joseph). Perhaps Jesus' listeners they derogated the tradition that Joseph was already dead, or else because they remembered the rumors about his birth and supposed illegitimacy (see #Jn 8:41; 9 #Jn : 29) and thus sought to insult him. They called someone his mother's son if he was unknown father.

brother Jacques, and Joses and Judas and Simon. They were authentic Jesus half brothers. Jacques was to become the head of the Church of Jerusalem (cf. #AC 12: 17; #AC 15: 13; #AC 21: 18; 1 Cor # 15: 7; 1:19 #Ga; #Ga 2: 9 12) and write the Epistle of Jacques. "Jude" (Hebrew name "Judas") would write the Epistle of Jude. We know nothing more than the other two.

his sisters. Authentic half-sisters of Jesus whose names never appear in the NT We know nothing about them, not even when they became Christians, like the rest of the family.

for them was offended. The French word "scandal" comes from the Greek verb translated "for them was offended," which essentially means "drop" or "getting caught" and therefore fall into sin. The people of Nazareth were deeply offended that Jesus adopt the attitude of a great doctor, due to its modest social origins, its low level of education and the absence of an officially recognized certification of a row in the religious hierarchy.

6: 4

Jesus accepted the title of prophet, which corresponded to one of his "three offices" (term used to describe his work as priest, prophet and king #Mr 6:15; 8:28 #Mr; #Mt 21 : 11 #Mt 21: 46; #Lu 7:16; #Lu 24: 19; #Jn 6:14; 7:40 #Jn; #Jn 9:17).

his house. His own family (cf. #Jn 7: 5; 1:14 #AC).

6: 5

He could not do any miracles there. See #Mt 13: 58. This does not suggest that his power was somehow diminished by their unbelief, but maybe that because of their unbelief, people do not come to him for healing or miraculously, as was done in Capernaum and Jerusalem. Another, more important reason: Christ perhaps limited the power of his ministry, both by mercy so as not to harden more a clearer demonstration that they could only draw even greater conviction - by judgment against them, because of their unbelief. Although he retained all his miraculous power, he refused to use it because the rejected. Miracles therefore produced among people who were already prepared to believe.

6: 6

And he marveled because of their unbelief. "If astonished" means that Jesus was totally surprised and amazed at the reaction of the people of Nazareth to him, to his teachings and miracles. This is not unbelief which surprised him, but he did not understand how they could reject it and pretend, at the same time, knowing it perfectly. One would expect to find a lot of faith in this city and this region of Galilee, where Jesus had done so many miracles and taught many lessons.

surrounding villages. The result of Jesus' visit to Nazareth was that he left the city for a teaching tour in other towns of Galilee, returning close to its departure (see #Mt 9:35).

6: 7

the twelve. The twelve disciples had then become a group recognized as invested with a divine mission.

send them. The form of the Greek verb indicates that Jesus appointed each pair of disciples before sending them as his representatives.

 

pairs. Practice dictated by prudence (cf. #EC 4: 9-12) in effect at the collectors of Jewish tithes and used by John the Baptist (#Lu 7:19), Jesus on other occasions (#Mr 11: 1; #Mr 14: 13; #Lu 10: 1), then by the early Church (#AC 13: 2-3; #AC 15: 39-41; #AC 19: 22). The disciples could thus provide mutual support and encouragement, and they also complied with the legal requirement for authentication of testimony (# of 19: 15).

a stick. A cane, universal companion for travelers, because it also provides protection against potential robbers and wild animals.

no bag. They were not wearing the leather travel bag that travelers usually took to put their food.

6: 9

wear sandals. Ordinary shoes which consisted of leather or wooden soles, attached by straps to the ankle or instep. "Sandals" were essential to protect the feet burning and rocky roads of Israel.

not put on two tunics. The "tunics" were standard clothes of the time. If we enjoyed a certain affluence, we had two, but Jesus wanted the disciples are identified with the common people and travel provided with the bare necessities of clothing point of view.

6:10 The disciples were supposed to exercise discretion to choose their place of residence, but once installed, their only goal was to be their ministry. While they exercised it, they had to settle for the first person who offered their hospitality and facilities it put to them: that would be a good testimony from others (see # 1Ti 6: 6) .

6:11

shake off the dust. Symbolic act by which they could express their refusal to continue the relationship. It meant that these people had rejected Jesus and the Gospel and therefore were themselves rejected by the disciples and the Lord. A number of manuscripts are here v. of #Mt 10:15 "I tell you the truth, in judgment, the land of Sodom and Gomorrah shall be more rigorously than for that city. "Those who reject the gospel of Christ, Gospel of grace and salvation, will face a fate worse than the heathen destroyed following the divine judgment on these cities at the time of the AT

6: 12-13

preached ... cast out many demons. Cf. v. #Mr 6: 7. They were the heralds of the Gospel and regularly managed to drive away evil spirits possessed. This gave testimony to the powers of Christ on the supernatural world and confirmed the legitimacy of his claim to be God.

6:13

anointed with oil ... healed. At the time of Jesus, the olive oil was considered a medicinal plant (see #Lu 10:34). In this case, it represented the power and presence of the Holy Spirit, and was used symbolically related to the supernatural healings (cf. #Esa 11: 2; #Za 4: 1-6; #Mt 25: 2- 4; #Ap 1: 4-12). As it was a known agent of healing, people could identify with tangible while the disciples were exercising their ministry among the sick.

6:14

King Herod heard. From the context Herod heard exciting stories about Jesus and the recent campaign of preaching and healing disciples in Galilee.

Jean-Baptiste. The forerunner of Jesus.

6:15

It is Elijah. This way of identifying Jesus was based on the expectation of the Jews of a return of the prophet Elijah before the coming of the Messiah.

prophet ... one of the prophets. Some saw in Jesus the fulfillment of # of 18: 15, messianic prophecy one who, like Moses lead his people. Others saw him as a great prophet among others, or a man who took up the torch of the line interrupted the OT prophets Despite their inaccuracy, the various views expressed here and elsewhere show that well was perceived in some way the special character, supernatural, Jesus.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/