MATTHIEU 15 : 1 À 20 ***MATTHEW 15 : 1 À 20 ***

14/09/2014 17:37

MATTHIEU 15 : 1 À 20 ***

1 ¶  Alors des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, et dirent:

2  Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas.

3  Il leur répondit : Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ?

4  Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.

5  Mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu,

6  (15-5) n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. (15-6) Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition.

7  Hypocrites, Esaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit:

8  Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi.

9  C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.

10 ¶  Ayant appelé à lui la foule, il lui dit : Ecoutez, et comprenez.

11  Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.

12  Alors ses disciples s’approchèrent, et lui dirent : Sais-tu que les pharisiens ont été scandalisés des paroles qu’ils ont entendues ?

13  Il répondit : Toute plante que n’a pas plantée mon Père céleste sera déracinée.

14  Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.

15  Pierre, prenant la parole, lui dit : Explique-nous cette parabole.

16  Et Jésus dit : Vous aussi, êtes-vous encore sans intelligence ?

17  Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté dans les lieux secrets ?

18  Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est ce qui souille l’homme.

19  Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.

20  Voilà les choses qui souillent l’homme ; mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

15: 2

tradition des anciens. Il s’agit d’un corpus de lois extrabibliques qui n’existait que sous forme orale et seulement depuis l’exil à Babylone. Plus tard, vers la fin du IIe siècle, il fut mis par écrit dans la Mishna. La loi de Moïse ne comprenait aucun commandement relatif au lavement des mains avant le repas, sauf pour les sacrificateurs qui devaient se laver avant de consommer les choses saintes (#Lé 22:6-7).

15: 3

transgressez-vous. La nature de ce péché est précisée aux vv. #Mt 15:4-6. Il consistait à déshonorer ses parents d’une manière subtile. Les commandements de Dieu étaient clairs (cités d’après #Ex 20: 12 ; #Ex 21: 17 ; #De 5: 16), mais, pour les contourner, certains affirmaient ne pas pouvoir assister leurs parents financièrement parce qu’ils avaient consacré une certaine somme d’argent à Dieu, qui était plus grand que leurs parents. Les rabbins avaient approuvé cette exception aux commandements de Moïse et ainsi rendu nulle la loi de Dieu (v. #Mt 15: 6).

15: 6

Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. « Annuler » signifie « priver d’autorité » ou « rendre caduque ». La « tradition » en question autorisait tout individu à déclarer que tous ses biens étaient « corban » (==> Terme hébreu signifiant « offrande (à Dieu) ». Il désignait tout cadeau ou sacrifice d’argent ou de biens qu’une personne faisait le vœu de consacrer à Dieu. De ce fait, l’argent ou le bien ne pouvait servir que pour un but sacré).

Si un fils ressentait de la colère envers ses parents, il lui suffisait de déclarer que son argent et ses propriétés étaient « corban ». Comme les Écritures enseignent qu’on ne peut revenir sur un vœu fait à Dieu (#No 30:3), ses biens ne pouvaient servir à rien d’autre qu’au service de Dieu et ne pouvaient donc pas être employés pour le soutien financier de ses parents. Or, Jésus condamna cette pratique en montrant que les scribes et les pharisiens se rendaient coupables d’annuler la Parole de Dieu (et le commandement d’honorer les parents) au moyen de leur tradition.

15: 8-9 Citation d’#Esa 29: 13.

15: 11

ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. On pouvait contracter une souillure rituelle (sous l’ancienne alliance) par la consommation d’un aliment interdit, mais on se souille moralement en commettant un péché par la parole (cf. #Ja 3:6). Dans ce passage, Jésus différencie clairement les exigences cérémonielles de la loi de sa norme morale inviolable. Les souillures rituelles pouvaient être réparées par des rituels. Les souillures morales corrompent l’âme de la personne.

15: 14

Laissez-les. Ce jugement sévère est une forme de la colère de Dieu: il les abandonne. #Ro 1:18-32 exprime ce même jugement en disant: « Dieu les a livrés ». Cf. #Os 4: 17.

15: 15

cette parabole. Celle du v. 11. Elle n’est absolument pas difficile à comprendre, mais les disciples eux-mêmes avaient du mal à l’accepter. Des années plus tard, Pierre éprouverait encore de la difficulté à accepter le fait que toute nourriture est pure (#Ac 10: 14).

 

MATTHEW 15 : 1 À 20  ***

1 ¶ Then the Pharisees and scribes came to Jesus from Jerusalem, saying,

2 Why do thy disciples transgress the tradition of the elders? For they do not wash their hands when they eat bread.

3 He said to them, Why do ye also transgress the commandment of God by your tradition?

4 For God said, Honour thy father and thy mother; and, 'He who curses his father or his mother shall be put to death.

5 But ye say, Whosoever shall say to his father or his mother, What I could have from me is given to God,

6 (15-5) need not honor his father or mother. (15-6) and you made ​​the commandment of God by your tradition.

7 Ye hypocrites, well did Esaias prophesy of you, when he said:

8 This people honors me with their lips, but their heart is far from me.

9 But in vain they do worship me, teaching for doctrines the commandments of men.

10 ¶ And he called the crowd, he said, Hear, and understand.

11 It is not what goes into the mouth defiles a man; but what comes out of the mouth is what defiles a man.

12 Then the disciples came and said to him, you know that the Pharisees were offended when they heard?

13 He answered, Every plant has not planted shall be rooted Heavenly Father.

14 Let them alone: ​​they be blind leaders of the blind; And if the blind lead the blind, both shall fall into the ditch.

15 And Peter said unto him, Explain to us the parable.

16 And Jesus said: You too, are you still not understand?

17 Do you not understand that whatever enters the mouth goes into the belly, and is cast out into the draft?

18 But what comes out of the mouth come from the heart, and this defiles a man.

19 For out of the heart come evil thoughts, murder, adultery, sexual immorality, theft, false witness, blasphemies.

20 These are the things which defile a man; but to eat with unwashed hands does not defile a man.

NOTES JOHN MACARTHUR

15: 2

tradition of the elders. This is a set of extra-biblical laws that existed only in oral form and only from exile in Babylon. Later, in the late second century, it was written down in the Mishna. The law of Moses did not include any command on the washing of hands before meals, except for the priests had to wash before eating the holy things (# Lev 22: 6-7).

15: 3

transgress ye. The nature of sin is specified in vv. #Mt 15: 4-6. It was to dishonor his parents in a subtle way. God's commands were clear (cited by #Ex 20: 12; #Ex 21: 17; # of 5: 16), but to get around, some said they can not support their parents financially because they had devoted a certain amount of money to God, that was bigger than their parents. The rabbis had approved this exception to the commandments of Moses and thus voided the law of God (v 15 #Mt. 6).

15: 6

Thus have ye made the commandment of God by your tradition. "Cancel" means "to deprive of authority" or "invalidate". "Tradition" in question allowed everyone to declare all his assets were "Corban" (==> Hebrew term meaning "offering (to God)." It meant any gift or sacrifice of money or property that a person made a vow to devote to God. hence, the money or property could not be used for a sacred purpose).

If a son felt anger toward his parents, he had only to declare that his money and properties were "Corban." As the Scriptures teach that we can not go back to a vow made to God (#No 30: 3), property could be used for anything other than the service of God and therefore could not be used to support financial parent. Now Jesus condemned this practice by showing that the scribes and Pharisees were guilty of making the word of God (and the commandment to honor parents) with their tradition.

15: 8-9 Quote of Esa # 29: 13.

15: 11

what comes out of the mouth is what defiles a man. You could take out a ritual defilement (under the old covenant) by eating forbidden food, but it is defiled morally committing a sin by the Word (cf. #Ja 3: 6). In this passage, Jesus clearly differentiates the ceremonial requirements of the law of its inviolable moral norm. Ritual defilement could be repaired by rituals. Moral filth corrupting the soul of the person.

15: 14

Let them. This harsh judgment is a form of God's wrath: he abandons them. #Ro 1: 18-32 expresses the same judgment, saying, "God gave them." See #Os 4: 17.

15: 15

this parable. That of ver. 11 It is not at all difficult to understand, but the disciples themselves had trouble accepting it. Years later, Peter still would have difficulty accepting the fact that all food is pure (#AC 10: 14).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/