MATTHIEU 3 : 1 À 6 ***MATTHEW 3 : 1 À 6 ***

26/06/2014 17:09

MATTHIEU 3 : 1 À 6 ***

1 ¶  En ce temps-là parut Jean Baptiste, prêchant dans le désert de Judée.

2  Il disait : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.

3  Jean est celui qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète, lorsqu’il dit : C’est ici la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers.

4  Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.

5  Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui ;

6  et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

3:1

Jean-Baptiste. Cf. #Mr 1:2-14 ; #Lu 1:5-25, #Lu 1:57-80 ; #Lu 3:3-20 ; #Jn 1:6-8, #Jn 1:19-39.

le désert de Judée. La région située immédiatement à l’ouest de la mer Morte, un désert totalement dépourvu de vie. Il existait d’importantes communautés de la secte juive des Esséniens dans la région. Cependant, rien dans le texte biblique ne permet de supposer que Jean fut en relation avec elles. Apparemment, il avait prêché à l’extrémité nord de cette région, près de l’endroit où le Jourdain se jette dans la mer Morte (v. #Mt 3:6). Il peut sembler étrange d’avoir choisi ce lieu, situé à une bonne journée de marche de Jérusalem, pour annoncer l’arrivée d’un roi. Cela est pourtant en accord parfait avec la manière divine d’agir (#1Co 1:26-29).

3:2

Repentez-vous. Il ne s’agit pas d’un changement de point de vue purement intellectuel, ni de l’expression d’un regret ou d’un remords. Jean-Baptiste parla de la repentance comme d’une séparation radicale d’avec le péché, laquelle produit nécessairement le fruit de la justice (v. #Mt 3:8). Le premier sermon de Jésus commença par le même impératif (#Mt 4:17). Sur la nature de la repentance, voir les notes sur 2 Co 7:8-11 {==> "2Co 7: 8  Quoique je vous aie attristés par ma lettre, je ne m’en repens pas. Et, si je m’en suis repenti, — car je vois que cette lettre vous a attristés, bien que momentanément, — 9  je me réjouis à cette heure, non pas de ce que vous avez été attristés, mais de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance ; car vous avez été attristés selon Dieu, afin de ne recevoir de notre part aucun dommage. 10  En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort. 11  Et voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n’a-t-elle pas produit en vous ! Quelle justification, quelle indignation, quelle crainte, quel désir ardent, quel zèle, quelle punition ! Vous avez montré à tous égards que vous étiez purs dans cette affaire."}.

NOTE 2Co 7: 8 À 11

7 : 8

C’est-à-dire la lettre sévère qui condamnait la rébellion de l’Église de Corinthe.

7:8-9

Paul ne regrettait pas d’avoir envoyé la lettre, même si elle avait attristé les Corinthiens. En effet, il savait bien que la tristesse qu’ils éprouvaient à cause de leur péché produirait la repentance nécessaire au retour à l’obéissance. Cependant, il éprouva un bref sentiment de regret alors qu’il attendait le retour de Tite: il craignait en effet que sa lettre ne soit trop dure et qu’elle ne les éloigne encore davantage de lui. Finalement, il se réjouit, car sa lettre avait produit l’effet escompté.

7 : 9

La lettre avait fait naître chez les Corinthiens un sentiment de tristesse, qui les avait conduits à la repentance vis-à-vis de leurs péchés. Le terme « repentance » désigne le désir de se détourner du péché et de rétablir la relation avec Dieu

7 : 10

La « tristesse selon Dieu », provoquée par le Saint-Esprit, est en accord avec la volonté de Dieu. La vraie repentance ne peut avoir lieu sans un sentiment de tristesse authentique au sujet de nos péchés. Paul enseigne ici que la repentance fait partie du domaine ou de la sphère du salut. Elle se trouve au cœur même du salut, dont elle constitue en même temps la preuve: les non-croyants se repentent de leurs péchés au moment de leur conversion et de leur salut. Ensuite, en tant que croyants, ils se repentent de leurs péchés quotidiens afin de préserver la joie et la bénédiction de leur relation avec Dieu.

La tristesse humaine correspond à un remords qui n’a pas été sanctifié et qui ne possède aucune puissance rédemptrice. Elle n’est rien d’autre qu’un orgueil blessé d’avoir été pris en flagrant délit de pécher et de n’avoir pas pu assouvir les désirs de la chair. Ce genre de tristesse conduit immanquablement à la culpabilité, à la honte, au désespoir, à la dépression et à l’apitoiement. La personne concernée peut éprouver un sentiment de détresse tellement puissant qu’il entraîne la mort (cf. #Mt 27:3-5).

7:11

Ce v. donne un aperçu de la manière dont se manifeste toute repentance authentique.

empressement. La repentance véritable est aussitôt suivie d’une recherche ardente de la justice. Cette attitude met fin à l’indifférence à l’égard du péché et à l’indulgence envers le mal et la tromperie.

justification. Le désir de purifier son nom des stigmates qui accompagnent le péché. Le pécheur qui se repent rétablit la confiance des autres envers lui grâce à la déclaration publique de sa décision sincère.

indignation. Ce mot est souvent associé à une indignation juste et une sainte colère. Une personne repentante éprouve de la colère à l’égard de ses péchés et se montre chagrinée d’avoir sali le nom du Seigneur et celui de son peuple.

crainte. Il s’agit ici du respect profond à l’égard de Dieu; c’est en définitive lui qui est le plus offensé par le péché et qui a l’autorité de le juger et de le sanctionner.

désir ardent. Cette expression, qui pourrait aussi se traduire par « aspiration intense à », renvoie au désir du pécheur repentant de restaurer la relation avec celui contre qui il a péché.

zèle. Ce terme désigne ici un amour tel qu’il fait haïr tout ce qui peut causer du mal à l’objet de l’affection.

punition. Ou « la vengeance de l’injustice », c’est-à-dire le désir de voir la justice triompher. Le pécheur repentant ne cherche plus à se couvrir lui-même, mais il veut voir le péché condamné, quoi qu’il lui en coûte.

vous étiez purs dans cette affaire. « Purs » peut se traduire « saints ». L’élément fondamental de la repentance, c’est la poursuite opiniâtre de la sainteté, et cette attitude caractérisait les Corinthiens. Ils démontraient ainsi l’authenticité de leur repentance.

FIN NOTE 2Co 7: 8 À 11

 

 

le royaume des cieux. Cette expression est particulière à l’Évangile de Matthieu. Il emploie le mot « ciel » en tant qu’euphémisme pour parler de Dieu, dans le but de s’adapter à la sensibilité de ses lecteurs juifs (cf. #Mt 23: 22). Dans la suite de l’Écriture, il est toujours question du « royaume de Dieu ». Les deux expressions renvoient à l’étendue du pouvoir de Dieu sur ceux qui lui appartiennent. Le royaume est maintenant manifeste dans le règne spirituel de Dieu dans le cœur des croyants (#Lu 17: 21); il sera un jour établi en tant que royaume terrestre dans une réalité physique (#Ap 20:4-6).

est proche. Dans une certaine mesure, le royaume est déjà présent, bien que sa plénitude  sa réalisation complète - soit encore à venir.

3:3

celui qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète. La mission de Jean fut décrite longtemps avant sa venue en #Esa 40:3-5. Les 4 Évangiles citent ce passage comme une prophétie parlant de Jean-Baptiste.

3:4

un vêtement de poils de chameau et une ceinture de cuir. Des vêtements pratiques et durables, même si leur confort et leur aspect laissaient à désirer. Jean fait penser à Elie, dont les Israélites attendaient le retour avant le jour du Seigneur (#Mal 4:5).

sauterelles. Elles faisaient partie des aliments autorisés par la loi (#Lé 11:22).

3:6

baptiser. Le symbolisme du baptême de Jean puisait probablement dans les rituels de purification de l’A.T. (cf. #Lé 15: 13). Par ailleurs, le baptême avait été longtemps administré aux prosélytes (non-Juifs qui se convertissaient au judaïsme). Le baptême de Jean était ainsi doté d’un symbolisme particulièrement fort et marquant en tant que signe de la repentance. Les Juifs qui s’y soumettaient admettaient avoir été comme des non-Juifs et reconnaissaient leur besoin de devenir le peuple de Dieu d’une manière authentique, dans leur cœur. (C’était une confession étonnante, compte tenu de leur aversion pour les non-Juifs.) Le peuple se repentait dans l’attente de l’arrivée du Messie. La signification du baptême johannique diffère quelque peu de sa signification chrétienne (cf. #Ac 18: 25). En réalité, le baptême chrétien a modifié la signification du rituel, qui symbolise l’identification du croyant avec Christ dans sa mort, son ensevelissement et sa résurrection (#Ro 6:3-5 ; #Col 2:12).

MATTHEW 3 : 1 À 6  ***

¶ 1 In those days came John the Baptist, preaching in the wilderness of Judea.

2 And saying, Repent ye: for the kingdom of heaven is near.

3 For this is he that was spoken by Isaiah the prophet, saying, This is the voice of one crying in the wilderness: Prepare the way of the Lord, make his paths straight.

4 John was clothed with camel's hair and a leather belt around his waist. He ate locusts and wild honey.

5 The people of Jerusalem and all Judea and all the region around the Jordan went out to him;

6, confessing their sins, they were baptized by him in the Jordan River.

NOTES JOHN MACARTHUR

3:1

Jean-Baptiste. See # Mr 1:2-14; # Lu 1:5-25, # Lu 1:57-80; # Lu 3:3-20; # Jn 1:6-8, Jn 1:19-39 #.

the Judean desert. The area immediately west of the Dead Sea, a completely lifeless desert. There were large communities of the Jewish sect of the Essenes in the region. However, nothing in the biblical text can not be assumed that John was in relationship with them. Apparently he had preached at the north end of the area near where the Jordan flows into the Dead Sea (see # Mt 3:6). It may seem strange to have chosen this place, located in a good day's journey from Jerusalem to announce the arrival of a king. This is yet in perfect harmony with the divine way of acting (# 1Co 1:26-29).

3:2

Repent. It is not a change of purely intellectual point of view, or an expression of regret or remorse. John the Baptist spoke of repentance as a radical separation from sin, which necessarily produces the fruit of righteousness (v. # Mt 3:8). The first sermon of Jesus began with the same imperative (# Mt 4:17). On the nature of repentance, see the notes on 2 Cor 7:8-11 {==> "2 Cor 7: 8 Though I have grieved you by my letter, I do not repent And if I m. have repented - for I see that that letter grieved you, though momentarily - 9 I am looking forward to this time, not that ye were made sorry, but because your sorrow has brought you to repentance ,. because you were grieved according to God, ye might receive damage by us in nothing 10 For godly sorrow worketh repentance to salvation not to be repented of: but the sorrow of the world worketh death 11. and behold this same godly sorrow, what eagerness did she not in you! what justification, what indignation, what fear, what longing, what zeal, what punishment! you have shown you in every way were clear in this matter. "}.

NOTE 2Co 7: 8 À 11

7: 8

That is to say, the stern letter condemning the rebellion of the Church of Corinth.

7:8-9

Paul did not regret sending the letter, even if it had saddened the Corinthians. In fact, he knew that the sadness they felt because of their sin produce repentance necessary to return to obedience. However, he felt a brief sense of regret as he waited for the return of Titus, he feared that his letter is too hard and it's even further away from him. Finally, he rejoices because his letter had the desired effect.

7: 9

The letter had aroused among the Corinthians a feeling of sadness, which led them to repentance vis-à-vis their sins. The word "repentance" means the desire to turn from sin and restore the relationship with God

7: 10

The "godly sorrow" caused by the Holy Spirit, in accordance with the will of God. True repentance can not take place without a feeling of genuine sadness about our sins. Paul teaches here that repentance is part of the field or sphere of salvation. It lies at the heart of salvation, which has been at the same time the proof: non-believers to repent of their sins at the time of conversion and salvation. Then, as believers, they repent of their sins daily to preserve the joy and blessing of their relationship with God.

Human sorrow is remorse that was not sanctified and has no redemptive power. It is nothing other than wounded pride of having been caught sinning and not being able to satisfy the desires of the flesh. This kind of sadness inevitably leads to guilt, shame, despair, depression and self-pity. The person may experience a feeling of distress so powerful it causes death (cf. Mt 27:3-5 #).

7:11

This v. provides an overview of how to manifest any genuine repentance.

alacrity. True repentance is immediately followed by an ardent pursuit of justice. This attitude puts an end to indifference to sin and indulgence toward evil and deceit.

justification. Desire to purify his name stigma that accompany sin. The sinner who repents restores the confidence of others towards him through the public declaration of his sincere decision.

indignation. This word is often associated with righteous indignation and righteous anger. A repentant person feels anger towards his sins and shows chagrined to have soiled the name of the Lord and that of his people.

fear. This is in deep respect towards God; ultimately it is he who is most offended by sin and who has the authority to judge and punish.

longing. This expression, which could also be translated as "intense aspiration" refers to the desire of the repentant sinner to restore the relationship with the person against whom he sinned.

zeal. This term refers to here as it is a love hate anything that can cause harm to the object of affection.

punishment. Or "revenge of injustice" that is to say, the desire to see justice prevail. The repentant sinner no longer trying to cover himself, but he wants to see sin condemned what it costs.

you were clear in this matter. "Pure" can be translated "holy". The fundamental element of repentance is the stubborn pursuit of holiness, and this attitude characterized the Corinthians. They thus demonstrate the authenticity of their repentance.

END NOTE 2Co 7: 8 À 11

 

 

the kingdom of heaven. This expression is unique to the Gospel of Matthew. He uses the word "heaven" as qu'euphémisme to talk about God in order to adapt to the sensitivity of his Jewish readers (cf. # Mt 23: 22). In the rest of Scripture, it is always about the "kingdom of God." Both terms refer to the scope of the power of God on those who belong to him. The kingdom is now manifested in the spiritual kingdom of God in the heart of believers (# Lu 17: 21); it will one day be established as an earthly kingdom in a physical reality (# Ap 20:4-6).

is near. To some extent, the kingdom is already present, although its fullness completion - is yet to come.

3.3

that which was spoken by Isaiah the prophet. John's mission was described long before he came in # Isa 40:3-5. The 4 Gospels cite this passage as a prophecy speaking of John the Baptist.

3:4

a garment of camel's hair and a leather belt. Practical and sustainable clothes, even if their comfort and appearance inadequate. Jean reminds Elijah, which the Israelites were waiting for the return before the day of the Lord (Mal 4:5 #).

grasshoppers. They were part of the authorized by law (Lev 11:22 #) foods.

3:6

baptized. The symbolism of baptism of John probably drew in ritual purification AT (see # Lev 15: 13). Moreover, baptism had long been administered to proselytes (Gentiles who converted to Judaism). John's baptism was thus has a particularly strong symbolism and marking as a sign of repentance. Jews who submitted to being admitted as non-Jews recognized their need to become the people of God in an authentic way, in their heart. (It was an amazing confession, given their aversion to non-Jews.) The people repented pending the arrival of the Messiah. The meaning of baptism of John differs somewhat from its Christian meaning (cf. Acts 18 # 25). In fact, Christian baptism has changed the meaning of the ritual, which symbolizes the believer's identification with Christ in His death, burial and resurrection (Romans 6:3-5 #, # Col 2:12).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/