MATTHIEU 3 : 7 À 12 ***MATTHEW 3 : 7 À 12 ***

28/06/2014 08:09

MATTHIEU 3 : 7 À 12 ***

7 ¶  Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ?

8  Produisez donc du fruit digne de la repentance,

9  et ne prétendez pas dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ! Car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham.

10  Déjà la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.

11  Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.

12  Il a son van à la main ; il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

3:7

de pharisiens et de sadducéens. Les pharisiens étaient peu nombreux (environ 6000) et formaient une secte juive légaliste réputée pour son attachement rigide aux menus détails de la loi cérémonielle. Leur nom signifie « séparés ». Les rapports de Jésus avec les pharisiens furent généralement conflictuels. Il leur reprocha leur usage de la tradition humaine pour annuler l’Écriture (#Mt 15:3-9) et, par-dessus tout, leur hypocrisie flagrante (#Mt 15:7-8 ; #Mt 22: 18 ; #Mt 23: 13, #Mt 23: 23, #Mt 23: 25, #Mt 23: 29 ; #Lu 12: 1). Les sadducéens étaient connus pour leur rejet du surnaturel. Ils ne croyaient pas à la résurrection des morts (#Mt 22: 23) ni à l’existence des anges (#Ac 23: 8). Contrairement aux pharisiens, ils ne faisaient aucun cas de la tradition humaine et dédaignaient le légalisme. Dans toute l’Écriture, ils reconnaissaient l’autorité du seul Pentateuque. Ils étaient pour la plupart de riches membres de l’aristocratie au sein de la tribu des sacrificateurs; au temps du roi Hérode, leur secte dirigeait le temple.

Les scribes principalement des pharisiens, qui faisaient autorité dans les questions relatives à la loi juive. Parfois appelés « docteurs de la loi », ils étaient des professionnels spécialisés dans l’explication de la loi et son application. Ils connaissaient exactement le lieu de naissance du Messie (v. #Mt 2:5), mais ils manquaient de foi pour accompagner les mages. Les deux groupes avaient peu de choses en commun. Les sadducéens étaient des rationalistes libéraux, les pharisiens, des inconditionnels de la loi et des rituels; les uns étaient des opportunistes politiques enclins au compromis, les autres, des séparatistes. Ils s’unirent pourtant dans leur opposition à Christ (#Mt 22:15-16, #Mt 22: 23, #Mt 22:34-35), et Jean les traita publiquement de vipères.

la colère à venir. Certainement une allusion à la destruction future de Jérusalem. Mais au-delà des calamités terrestres, ce passage fait aussi entrevoir le déversement de la colère divine le jour du Seigneur, en particulier le jugement dernier, où la colère de Dieu sera le juste fruit pour tous ceux qui ne se seront pas repentis (cf. #Ro 1:18 ; #1Th 1:10 ; #Hé 10:27). La prédication de Jean faisait écho à un thème connu de l’A.T., celui de la colère qui éclaterait au jour du Seigneur (p. ex. #Ez 7:19 ; #Sop 1:18. Pour les chefs spirituels juifs, son évocation représentait une critique particulièrement mordante, puisqu’ils pensaient que la colère divine était réservée aux non-Juifs.

3:8

du fruit digne de la repentance. Il ne s’agit pas d’un changement de point de vue purement intellectuel, ni de l’expression d’un regret ou d’un remords. Jean-Baptiste parla de la repentance comme d’une séparation radicale d’avec le péché, laquelle produit nécessairement le fruit de la justice (v. #Mt 3:8). Le premier sermon de Jésus commença par le même impératif (#Mt 4:17). La repentance en elle-même ne représente pas une œuvre, mais les œuvres en sont le fruit nécessaire. La foi et la repentance sont indissolubles dans l’Écriture. Dans un acte de repentance, l’homme se détourne du péché; par la foi, il se rapproche de Dieu (cf. #1Th 1:9). Ce sont les deux faces d’une même pièce, toutes deux en rapport étroit avec la conversion (#Mr 1:15 ; #Ac 3:19 ; #Ac 20: 21). Il faut noter que les œuvres dont parle Jean constituent le « fruit » de la repentance. Cependant, la repentance en elle-même n’est pas une « œuvre », pas plus que la foi .

3:9

Abraham pour père. Ils croyaient que le simple fait d’être des descendants d’Abraham, et donc membres de la race élue de Dieu, leur assurait une sécurité spirituelle. Mais les descendants réels d’Abraham sont ceux qui partagent sa foi (cf. #Ro 4:16). Et « ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham » (#Ga 3:7, #Ga 3:29).

3:10

la cognée est mise à la racine. Un jugement irréversible était imminent. Il ne s’agit pas d’un changement de point de vue purement intellectuel, ni de l’expression d’un regret ou d’un remords. Jean-Baptiste parla de la repentance comme d’une séparation radicale d’avec le péché, laquelle produit nécessairement le fruit de la justice (v. #Mt 3:8). Le premier sermon de Jésus commença par le même impératif (#Mt 4:17).

Sur 3:11 Trois types de baptême sont ici mentionnés:

1° d’eau, pour …  amener à la repentance. Le baptême de Jean symbolisait la purification.

2° du Saint-Esprit. Tous ceux qui croient en Christ sont baptisés du Saint-Esprit (#1Co 12: 13);  

3° de feu. Dans l’ensemble de ce passage, le feu a la valeur de l’instrument du jugement (vv. #Mt 3:10, #Mt 3:12). Le baptême de feu signifie nécessairement un jugement sur ceux qui refusent de se repentir.

3:12

van. Un outil qui servait à lancer le grain en l’air, de sorte que le vent le sépare de la bale.

 

MATTHEW 3 : 7 À 12  ***

7 ¶ But when he saw coming to his baptism many of the Pharisees and Sadducees, he said, O generation of vipers, who hath warned you to flee from the wrath to come?

8 Bring forth therefore fruits worthy of repentance,

9 And think not to say within yourselves, We have Abraham to our father! For I tell you that out of these stones God can raise up children for Abraham.

10 Even now the ax is laid to the root of the trees: every tree therefore that does not bear good fruit is cut down and thrown into the fire.

11 I indeed baptize you with water, to bring you to repentance; but he that cometh after me is mightier than I, and I am not worthy to carry his sandals. He shall baptize you with the Holy Spirit and fire.

12 His winnowing fork is in his hand; he will clear his threshing floor and gather his wheat into the barn and burning up the chaff with fire unquenchable.

NOTES JOHN MACARTHUR

3.7

Pharisees and Sadducees. The Pharisees were few in number (about 6000) and formed a legalistic Jewish sect known for its rigid attachment to the minutiae of the ceremonial law. Their name means "separated." Reports of Jesus with the Pharisees were generally conflicting. He rebuked them for their use of human tradition to cancel Scripture (# Mt 15:3-9) and, above all, their blatant hypocrisy (# Mt 15:7-8; # Mt 22: 18; # Mt 23: 13, # Mt 23: 23, # Mt 23: 25, # Mt 23: 29; Lu # 12: 1). The Sadducees were known for their rejection of the supernatural. They do not believe in the resurrection of the dead (# Mt 22: 23) or the existence of angels (# Ac 23: 8). Unlike the Pharisees, they were no cases of human tradition and scorned legalism. Throughout Scripture, they recognized the authority of the Pentateuch. They were mostly rich members of the aristocracy in the tribe of priests; the time of King Herod, their sect headed the temple.

Scribes mostly Pharisees, who were authoritative in matters relating to Jewish law. Sometimes called "doctors of the law", they were skilled professionals in the explanation of the law and its application. They knew exactly the birthplace of the Messiah (cf. Mt 2:5 #), but they lacked faith to accompany the Magi. The two groups had little in common. The Sadducees were liberals rationalists, the Pharisees, unconditional law and rituals; some were political opportunists willing to compromise, others separatists. Yet they united in their opposition to Christ (Mt 22:15-16 #, # Mt 22: 23, # Mt 22:34-35), and Jean publicly treated vipers.

the wrath to come. Definitely a hint of the future destruction of Jerusalem. But beyond earthly calamities, this passage is also glimpse the release of God's wrath on the day of the Lord, especially the last judgment, when God's wrath will just result for all those who do not repent (see . # Ro 1:18; # 1Th 1:10 Hey # 10:27). John's preaching echoed a familiar theme of the AT, the anger that burst the Lord's day (eg # Ez 7:19;.. # Sop 1:18 For Jewish spiritual leaders, its evocation represented a particularly scathing critique, they believed that God's wrath was reserved for non-Jews.

3:8

fruits worthy of repentance. It is not a change of purely intellectual point of view, or an expression of regret or remorse. John the Baptist spoke of repentance as a radical separation from sin, which necessarily produces the fruit of righteousness (v. # Mt 3:8). The first sermon of Jesus began with the same imperative (# Mt 4:17). Repentance itself is not a work, but the works are the result required. Faith and repentance are inseparable in Scripture. In an act of repentance, the man turns away from sin; by faith, he approaches God (# 1Th 1:9). These are the two faces of the same coin, both closely related to the conversion (# Mr 1:15; # Ac 3:19, Ac # 20: 21). It should be noted that the works which John speaks is the "fruit" of repentance. However, repentance itself is not a "work", any more than faith.

3:9

Abraham as our father. They believed that the mere fact of being descendants of Abraham, and therefore members of the chosen people of God, their spiritual safety assured. But the real descendants of Abraham are those who share his faith (cf. Rom 4:16 #). And "are those who have faith are son of Abraham" (Galatians 3:7 #, # Ga 3:29).

3:10

The ax is laid to the root. Irreversible judgment was imminent. It is not a change of purely intellectual point of view, or an expression of regret or remorse. John the Baptist spoke of repentance as a radical separation from sin, which necessarily produces the fruit of righteousness (v. # Mt 3:8). The first sermon of Jesus began with the same imperative (# Mt 4:17).

3:11 on three types of baptism are mentioned here:

1 of water to ... bring them to repentance. John's baptism symbolized purification.

2 of the Holy Spirit. All those who believe in Christ are baptized with the Holy Spirit (1 Cor # 12: 13);

3 fire. Throughout this passage, the fire has the value of the instrument of judgment (vv. # Mt 3:10, Mt 3:12 #). The baptism of fire necessarily mean a judgment on those who refuse to repent.

3:12

van. A tool that was used to start the grain in the air, so that the wind separates the chaff

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/