Mort, où est ton aiguillon... ?

25/12/2019 00:09

Mort, où est ton aiguillon... ?

 

 "1 Thessaloniciens chapitre 4" (verset 16 "Car le Seigneur lui-même descendra du ciel, à un signal donné, avec une voix d'archange et au son d'une trompette de Dieu; et les morts qui sont en Christ ressusciteront premièrement [...]")!

C'est une évidence, qui espère en Jésus-Christ uniquement pour le temps présent est le plus malheureux des hommes (1 Corinthiens 15.19). En effet, si notre espérance ne se trouve en Lui que pour les biens temporels (Romains 15.27), où sera notre paix (Philémon 3)? Comment seront calmées les angoisses et les craintes qui concernent la mort (Hébreux 2.15) et la perspective de l'éternité? Qui apaisera notre douleur lorsqu'un bien-aimé s'en ira pour ne plus revenir (Ecclésiaste 9.5)?

Non, c'est pour une espérance vivante (1 Pierre 1.3) que le Seigneur nous appelle (Éphésiens 4.4). Son salut n'est pas au rabais, sa portée dépasse tellement les quelques jours de notre pèlerinage sur terre (1 Pierre 1.17). Une fois encore, écoutons l'ineffable promesse: Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle (Jean 3.16). Qui peut dire tout ce qui se cache derrière ces merveilleuses paroles? Qui peut en mesurer pleinement les effets et la valeur du trésor qu'elle renferment? C'est sûr, nous sommes devant elles comme devant un puits sans fond. Aussi une joie parfaite et indéfinissable (1 Pierre 1.8) remplit-elle celui qui s'en saisit par la foi!

C'est vrai, sur cette terre nous sommes tous confrontés au chagrin qu'engendre la séparation des êtres qui nous sont chers. Tôt ou tard, chacun doit y faire face. Seulement, quant aux fidèles, ils ne sont pas sans espérance (1 Thessaloniciens 4.13). Le témoignage des Écritures les soutient et leur apporte une riche consolation (Romains 15.4). Ainsi, ils peuvent aller de l'avant, ils peuvent continuer de vivre. Ils savent que ceux qui meurent dans le Seigneur Jésus (Apocalypse 14.13) ne sont pas perdus mais qu'ils dorment (1 Thessaloniciens 4.13). Un jour, quand le Seigneur apparaîtra pour chercher Son Eglise (1 Thessaloniciens 4.16), ceux qui dorment et les élus sur terre seront réunis ensemble en l'air pour être toujours avec Lui (1 Thessaloniciens 4.17). Telles sont les précieuses paroles qui tiennent lieu aujourd'hui de consolation aux rachetés (1 Thessaloniciens 4.18).

La mort n'est pas une fin. C'est un ennemi dont le Christ est victorieux (1 Corinthiens 15.54), si bien que l'apôtre Paul a pu affirmer que la mort lui était un gain (Philippiens 1.21) sachant qu'ensuite il serait auprès du Seigneur (Philippiens 1.23).

Incontestablement, nul ne peut éviter de souffrir ni de voir souffrir tant qu'il demeure ici-bas. Également, de la même manière que tous les hommes naissent, ils doivent aussi mourir (Hébreux 9.27). Personne ne passe au travers des mailles du filet. La faucheuse surprend tout le monde un jour. Toutefois, le Fils de Dieu (Marc 1.1) est venu pour délivrer tous ceux qui demeurent dans la servitude par crainte de la mort (Hébreux 2.15). Quiconque est trouvé en Lui est pardonné (Actes 10.43), réconcilié avec Dieu (2 Corinthiens 5.20), et justifié (Galates 3.24). Il ne reste plus ni jugement (Jean 5.24) ni condamnation à craindre désormais (Romains 8.1).

Subitement, celui-ci reconsidère sa position, il se détache de ce à quoi il était si farouchement agrippé autrefois. Tout à coup, ses affections changent. Il en vient à délaisser ce qui appartient à cette terre (Philippiens 3.19) au profit des choses d'en-haut (Colossiens 3.2). Il en vient à mépriser ce qui est visible, et temporaire, (2 Corinthiens 4.18) pour s’attacher à ce qui est invisible, et éternel. Atteindre la patrie céleste (Hébreux 11.16), attendre le Sauveur qui doit venir (Philippiens 3.20), telles sont les uniques préoccupations qui demeurent.

Pour l'heure, ne laissons pas l'incrédulité (Hébreux 3.19) venir tout gâter. Ne la laissons pas assombrir le ciel bleu et ensoleillé de notre espérance dans le Seigneur (1 Timothée 1.1). Pour éviter cette contrariété, prenons garde de nous nourrir quotidiennement de Sa Parole afin que notre foi soit affermie (Romains 10.17). Sa Parole est vraiment digne de confiance (1 Timothée 4.9). De cette façon, nous ne chancelleront pas (Proverbes 10.30) et nous ne serons pas ébranlés lorsque l'épreuve fondra sur nous (1 Pierre 1.6). Dans le désert de ce monde (Osée 2.14), les promesses de notre Dieu seront comme autant de courants d'eaux vives pour nos âmes.

Les choses présentes (2 Timothée 4.10) produisent inquiétudes et tourments dans les cœurs mais viendra le glorieux jour où toutes larmes seront ôtées et où la mort ne sera plus (Apocalypse 21.4). Oui, bientôt, dans le séjour du Seigneur tout ne sera que joie et sainteté. Prenons courage (Jean 16.33), nous serons avec Lui (Jean 14.3) pour l'éternité et nous oublierons notre légère affliction du temps présent (2 Corinthiens 4.17).

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/