Offrir

16/10/2019 12:19

Offrir. Ancien Testament : Le verbe hébreu qarabh signifie s’approcher et faire approcher, offrir, à sa forme causale. Dans le sens qui nous intéresse, il fait partie du vocabulaire sacrificiel et s’applique à la présentation d’un holocauste ou d’une oblation à l’Éternel (#Lé 1:5,13-14). Les sacrifices et les offrandes jouaient un rôle important dans la vie rituelle juive : voir les développements sous Offrande et Sacrifices.

      Dans le Nouveau Testament, différents termes grecs sont rendus en français par le verbe offrir : prospherô (essentiellement : amener quelque chose) s’applique aux présents que les rois mages ont apporté à Jésus. Il est aussi employé pour Jésus-Christ dans sa fonction de souverain sacrificateur qui s’est offert lui-même à Dieu (#Hé 8:3; 9:14,28; 10:12) et qui a fait monter ses prières et ses supplications vers le Père « aux jours de sa chair » (#Hé 5:7). Dans un sens négatif, ceux qui persécutent les croyants s’imaginent offrir un culte agréable à Dieu (#Jn 16:2).

      Le verbe anapherô est utilisé aussi pour le sacrifice de Christ (#Hé 7:27) ainsi que pour les sacrifices de louanges offerts à Dieu par les chrétiens (#Hé 13:15) ; il désigne aussi les « victimes spirituelles » offertes à Dieu (= les croyants fondés en Christ) (#1P 2:5).

      Spendomai (littéralement faire une libation) est employé par Paul pour parler de son prochain martyre : « me voici offert en libation et le moment de mon départ approche » (#2Ti 4:6). Dans #Ro 12:1, offrez à Dieu vos corps : paristêmi est le terme technique de l’offrande des animaux sacrifiés sur l’autel (cf. #Ro 6:13). Dans nos Bibles, il est aussi question d’offrir à Dieu des actions de grâces (#2Co 9:11), d’offrir l’Évangile gratuitement (#1Co 9:18), mais dans ces passages le mot offrir ne figure pas dans le grec, il a été ajouté dans la traduction pour la bonne compréhension.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/