Orgueil

12/07/2019 13:37

Orgueil ; Arrogance. Dans la Bible beaucoup de mots hébreux et grecs soulignent la racine de l’orgueil : le fait d’être élevé, et cela au sens propre comme au sens figuré (voir Abaisser et élever). Le mot orgueil peut être employé au sens figuré pour un phénomène naturel qui est littéralement haut. Ainsi dans #Job 38:11, l’auteur parle-t-il de l’orgueil des vagues (hébreu ga’on) parce qu’elles sont hautes et majestueuses. Lorsque ce terme est appliqué à l’être humain, ce sentiment d’exaltation peut être positif ou négatif, suivant le degré de déférence que l’homme accorde à Dieu.

      Les mots grecs sont souvent dérivés de la racine hyper (= au-dessus) : huperairô : lever, (#Ro 11:20), huperphroneô : s’estimer au-dessus (#Ro 12:3) ; huperairomai : s’enorgueillir (#2Co 12:7) ; huperephania : apparence élevée ; huperogkos : volume enflé (#2P 2:18). Dans la même ligne que ce dernier mot : phusioô : gonfler (#1Co 4:6,18) et tuphomai (#1Ti 3:6). Alazoneia, et kauchêsis se rapportent à la vantardise. Hubristês désigne l’insolent.

      Pour Paul, les chrétiens peuvent avoir une fierté légitime. Lui-même est fier (grec kauchaomai et dérivés) des Églises qu’il a fondées et il désire qu’elles soient aussi fières de lui (#Ro 15:17 ; #1Co 15:31 ; #2Co 1:14 ; etc.). Toutefois, il précise que son succès est entièrement dû à la grâce de Dieu (#Ro 15:15-19 ; #2Co 1:12; 5:11-15). Il se glorifie, non pas de son travail, mais de sa faiblesse (#2Co 11:30), de la persévérance et de la foi de ses enfants spirituels (#2Th 1:3 et suivant). Sa glorification « en Christ » est le synonyme d’actions de grâces envers Dieu. Dans un autre passage, Paul met en garde contre l’orgueil qui amène à manquer de respect par rapport au mystère de l’œuvre de Dieu (#Ro 11:20,17,25-27,33-36). L’orgueil n’est bon que s’il attribue tout l’honneur à Dieu (ce que l’on peut déduire de #Ps 47:4 ; #Esa 4:2, cf. aussi #1Co 11:15).

      Cependant, ailleurs dans l’Écriture (contrairement à l’enseignement des philosophes grecs durant les quatre siècles avant Jésus-Christ), l’orgueil est presque partout condamné, car les personnes qui ont une trop haute opinion d’elles-mêmes refusent de remercier Dieu (#2Ch 26:16; 32:24). La fierté est synonyme d’auto-suffisance et souvent de mépris des autres. L’orgueil de l’homme autonome qui pense pouvoir se passer de Dieu et qui s’attribue l’honneur à lui-même plutôt qu’à son créateur est la racine et l’essence même du péché. C’est l’orgueil qui a précipité Lucifer de sa position originelle auprès de Dieu (cf. #Esa 14:12-14 ; #Lu 10:18), qui a séduit Adam et Ève avec la perspective d’être comme Dieu (#Ge 3:5 ; cf. #Ro 1:21-23). L’orgueil sera encore la motivation suprême de l’Antichrist (#2Th 2:1-12 ; #Ap 13:1-10). L’orgueil séduit le cœur (#Jér 49:16), endurcit l’esprit (#Da 5:20), excite des querelles (#Pr 13:10), précède la chute et la ruine (#Pr 16:18 ; #Jér 50:32).

      L’orgueil procède du cœur mauvais de l’homme (#Lu 1:51). Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles (#Pr 3:34 ; cité #Ja 4:6 et #1P 5:5). L’amour ne se vante pas (#1Co 13:4), la vantardise est au contraire une marque des faux docteurs (#1Ti 6:4).

      Paul dénonce l’orgueil comme une caractéristique et une cause de leur incrédulité : ils ont la Loi, les promesses divines et la justice par les œuvres. L’Évangile au contraire exclut toute raison de s’enorgueillir (#Ro 3:27), le salut étant un pur don de la grâce (#Ep 2:5 ; #1Co 1:26-31 ; #Ro 4:1-2), c’est pourquoi la majorité des Juifs ne l’acceptent pas (#Ro 9:30-10:4).

   Les prophètes s’élevèrent contre les nations païennes qui pensaient avec arrogance avoir gagné leurs victoires elles-mêmes tout autant que contre la présomption individuelle (#Esa 10:12-15; 23:8; 25:11 ; #Ez 28:2-10,17). Leur sentiment d’exaltation se traduisait par de l’arrogance, du mépris, de l’insolence, des prétentions, des œuvres vaines (#Jér 48:29 et suivant), de la provocation (#Jér 50:29), etc. Mais les prophètes s’attaquèrent également à Juda et à Israël qui comptaient plus sur leurs forces militaires que sur la protection de Dieu. Dans #Am 6:8, « l’orgueil de Jacob » et ses « donjons » sont l’objet de l’horreur de l’Éternel ainsi que de son jugement (cf. #Ez 24:21 où le temple même est devenu le symbole de l’auto-suffisance de l’homme). L’orgueil est proche de la révolte contre Dieu (#Sop 3:11). Il refuse d’entendre lorsque l’Éternel parle (#Jér 13:9,15-17) comme il refuse de subir ses corrections (#Esa 9:8-10,13).

      Les Psaumes et les livres sapientiaux font souvent référence à l’orgueil ou à la fierté ; l’orgueilleux nie l’existence de Dieu (#Ps 10:4), il préfère se tourner vers les partisans du mensonge (#Ps 40:5). Dans ces livres, l’orgueil est assimilé à la méchanceté et à l’injustice (#Job 40:11 eet suivant ; #Ps 94:2-7 ; #Pr 21:3 et suivant), il est opposé à la sagesse (#Pr 8:12 et suivant), à la patience (#Ec 7:8) et à l’humilité (#Pr 11:2 cf. #Ja 4:6 ; #1P 5:5). L’homme orgueilleux calomnie le juste (#Ps 31:19; 59:13). Satisfait de ses richesses (#Ps 123:4), il est l’opposé du pauvre qui baisse les yeux (#Job 22:29 ; #Pr 16:19; 29:23).

      Comme dans l’Ancien Testament, le Nouveau Testament associe l’orgueil à d’autres vices. Dans #Mr 7:22, il apparaît à côté de l’envie, du blasphème et de la folie. Dans #2Ti 3:2, les hommes orgueilleux sont aussi égoïstes, amis de l’argent, blasphémateurs, sacrilèges, etc. Dans #1Jn 2:16, l’orgueil de la vie (possessions, statut social) va de pair avec la convoitise.

      Les personnes fières offensent Dieu par leur propre estime, elles offensent les autres et elles s’illusionnent sur elles-mêmes. L’illusion peut aller jusqu’au point où quelqu’un s’imagine être invulnérable (#Ab 1:3). Mais Dieu châtie l’orgueil comme il convient : « Quand tu prendrais de la hauteur, tel un aigle, quand ton nid serait placé parmi les étoiles, je t’en précipiterai, oracle de l’Éternel » (#Ab 1:4). Voir Gloire 4.

Copyright Editions Emmaüs

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/