Os.

12/07/2019 13:29

Os. (Hébreu ’etsem, 100 fois dans l’Ancien Testament ; grec osteon, 3 fois dans le Nouveau Testament). Dans l’Ancien Testament, le contact avec des os rendait l’Israélite impur (#No 19:16). Les os d’un mort ne devaient pas être brûlés mais décemment inhumés (#Ge 50:25 ; #1S 31:13 ; #2S 21:14 ; #1Ch 10:12 ; #Ez 39:14-15 ; #Am 2:1 ; #Hé 11:22 ; #Ex 13:19). Brûler des os sur un autel était un acte horrible qui désacralisait définitivement cet autel (#2R 23:20). Briser ou disperser les os de son ennemi était le signe visible de son anéantissement complet (#Ps 53:6 ; #Esa 38:13 ; #Da 6:25). Dans #2R 13:21, les os d’Élisée redonnent vie à un mort jeté dans la tombe du prophète. Serait-ce un signe annonciateur de la puissance vivifiante du contact avec le Christ, mort et ressuscité pour nous ? Dans #Ez 37:1-2, la vallée des ossements représente la maison d’Israël dispersée à travers les nations païennes et réduite à un état de mort spirituelle.

      Sens figuré. Comme les os sont les éléments fondamentaux et les plus résistants du corps humain, ils symbolisent les sentiments les plus profonds, l’attachement et l’adoption (#Ge 29:14 ; #Jug 9:2 ; #Job 2:5; 30:17,30 ; #Ps 22:15,18; 31:11; 32:3 ; #Pr 14:30; 17:22; 25:15) souvent mis en parallèle avec le mot chair. Dans #Ge 2:23, Ève est l’os des os d’Adam, la chair de sa chair, c’est-à-dire de même nature que lui, intimement liée à lui (cf. #Ge 29:14 ; #Jug 9:2 ; #2S 19:13). Lorsque les Israélites mangeaient l’agneau pascal, ils ne devaient pas lui briser les os (#Ex 12:9,46 ; #No 9:12 ; #Ps 34:21) : note prophétique qui pointait vers le sacrifice de Jésus (#Jn 19:33) et sa résurrection.

Copyright Editions Emmaüs

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/