Païen

12/04/2019 15:37

Païen. Forme populaire du latin paganus, paysan, habitant des villages. Les campagnes furent en effet les plus lentes à accepter l’Évangile. L’Ancien Testament emploie généralement le terme goyim, pour distinguer les nations (voir ce mot) du peuple élu ; le mot grec correspondant est ethnos. La Vulgate a rendu ces 2 expressions par gentiles, dérivé du latin Gentes qui a donné en français gentils, aujourd’hui moins utilisé que païens. Pour le Nouveau Testament, les païens sont les adeptes des vieux cultes idolâtres. Leur évangélisation et leur admission dans l’Église posèrent un problème aux premiers chrétiens, issus eux-mêmes d’Israël. Les apôtres, Paul surtout, eurent à préciser toute une doctrine les concernant. En voici les grandes lignes :

 

1. Avant la croix, il n’y a pas encore de message de salut pour les païens, Christ ne leur envoie pas ses disciples (#Mt 10:5-6) ; lui-même n’est venu jusque-là que pour la maison d’Israël (#Mt 15:24) ; il ne pourra répondre à l’attente des Grecs qu’après avoir fait le sacrifice de sa vie (#Jn 12:20,24,32).

2. Les païens sont « morts dans leurs fautes et dans leurs péchés … , privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde » (#Ep 2:1,11-12). Ils sont pourtant responsables et même inexcusables devant Dieu, étant éclairés par la création et par la conscience (#Ro 1:20).

3. Dieu cependant est aussi le Dieu des païens (#Ro 3:29). Christ est mort pour les rapprocher du Père aussi bien que les Juifs et les admettre avec eux dans son corps, l’Église (#Ep 2:13-16; 3:6).

4. Les apôtres sont maintenant envoyés expressément vers les païens : Pierre (#Ac 10:15,20), Paul (#Ac 9:15; 26:17-18 ; #Ro 1:5), Barnabas (#Ga 2:9), etc. Puisqu’une grande partie d’Israël refuse de croire alors que beaucoup de païens se convertissent, il est même déclaré que le salut passe des Juifs aux païens (#Ac 13:46-48; 18:6; 28:25-28). Ainsi, les païens sont « enrichis » ; mais un jour viendra la conversion et la réintégration d’Israël (#Ro 11:11-15). Le retour du Christ aura lieu lorsque la totalité des païens (élus) sera entrée et qu’Israël aura accepté le Messie (#Ro 11:25-27).

5. Les Judéo-chrétiens avaient eu quelque difficulté à admettre que le salut était aussi pour les païens (#Ac 11:1-3,17-18) ; ce point étant acquis, ne fallait-il pas imposer à ceux-ci la circoncision et l’observation de la Loi de Moïse ? (#Ac 15:5). La décision de la conférence de Jérusalem fut nette : les Juifs eux-mêmes n’ont pu être justifiés que par la foi en la grâce du Christ, et non par l’observation de la Loi qu’ils avaient tous transgressée. C’est donc aussi par la foi seule que les païens sont sauvés (#Ac 15:8-11).

6. Désormais, les croyants ne doivent plus vivre comme les païens non convertis. Tout doit être transformé : leur marche quotidienne (#Ep 4:17-20), leurs désirs (#1Th 4:5), leurs prières même (#Mt 6:7,32). Le grand but de tous doit être de rendre un témoignage tel que les païens soient gagnés et deviennent pour Dieu « une offrande agréable, étant sanctifiée par l’Esprit-Saint » (#Ro 15:16).

 

 

Copyright Editions Emmaüs

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/