Parpar

11/12/2018 11:17

Parpar (SEGOND, Français Courant, JÉRUSALEM, T.O.B.) : rapide. C’était probablement le moins important des 2 cours d’eau de Damas, car Naaman le mentionne après l’Abana (#2R 5:12). Selon la tradition locale parvenue jusqu’au XVIe siècle, le Parpar serait le Taura, l’un des 7 canaux provenant du Barada (l’ancien Abana), qui coule à proximité de Damas. Il y a cependant une autre identification plus plausible que celle des Damascènes : le Parpar (Pharphar) est l’A’waj qui, à côté du Barada, est le seul cours d’eau indépendant sur le territoire de Damas. Il se trouve à environ 12 km de la ville et provient de la jonction de plusieurs rivières, dont les sources sont dans la chaîne de l’Hermon. Le fleuve poursuit son cours sinueux à travers la plaine jusqu’au sud de Damas, et finit par entrer dans le plus méridional des 3 lacs qui se trouvent là. Parfois, dans la saison sèche, ses eaux s’évaporent avant même d’entrer dans le lac.

 

Copyright Editions Emmaüs

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/