Pour votre joie… (Partie 2) JOHN PIPER

22/03/2016 13:08

Pour votre joie… (Partie 2) JOHN PIPER

 
 
2

Post de John Piper, 65 ans, pasteur et théologien américain, et auteur de Et si je ne gâchais pas ma vie ?

Pourquoi Jésus devait-il mourir ?

Dieu l’a offert (Christ) en sacrifice afin que, par sa mort, le Christ obtienne le pardon des péchés en faveur de ceux qui croient en lui. Dieu a montré ainsi qu’il est toujours juste : il l’était autrefois quand il a patienté et laissé impunis les péchés des hommes… (Romains 3:25)

Et l’amour consiste en ceci : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés ;  il a envoyé son Fils qui s’est offert en sacrifice pour le pardon de nos péchés. (1 Jean 4:10)

Le Christ, en devenant objet de malédiction à notre place, nous a délivrés de la malédiction de la loi. (Galates 3:13)

Si Dieu n’était pas juste, son Fils n’aurait pas eu besoin de souffrir, ni de mourir. Si Dieu n’était pas un Dieu d’amour, il n’aurait pas eu la volonté de voir son Fils souffrir jusqu’à ce qu’il meure. Mais Dieu est juste et aimant. Son amour est donc prêt à répondre aux exigences de sa justice.

Sa loi exigeait « Tu dois aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » (Deutéronome 6:5). Mais nous avons tous choisi d’aimer des choses autres. C’est exactement la nature du péché, déshonorer Dieu en lui préférant autre chose, et en laissant ces choses influencer nos actes. Voici pourquoi la Bible dit « tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu. » (Romains 3:23). Nous glorifions ce que nous aimons le plus et ce n’est pas Dieu.

Il n’y a donc pas de petit péché, car le péché n’agit pas contre un petit Souverain. La gravité d’une insulte est plus grande selon la dignité de la personne insultée. Le Créateur de l’univers est infiniment digne de respect, d’admiration et de loyauté. Notre manque d’amour envers lui n’est pas une mince affaire, il s’agit d’une trahison. Dieu est diffamé et le bonheur humain anéanti.

Puisque Dieu est juste, il ne balaie pas nos fautes sous le tapis de l’univers. Il ressent une sainte colère à leur encontre. Elles méritent d’être punies, et la Parole de Dieu est claire : « Car le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23). « l’âme qui pèche est celle qui mourra. » (Ezéchiel 18:4).

La menace d’une sainte colère est suspendue au-dessus de tout péché. Ne pas punir serait injuste. Dieu en serait diminué. Un mensonge régnerait au cœur de la réalité. C’est pourquoi Dieu dit : « Maudit soit celui qui ne met pas continuellement en pratique tout ce qui est écrit dans le livre de la loi. » (Galates 3:10, Deutéronome 27:26).

Mais l’amour de Dieu ne dépend pas de la malédiction qui est suspendue au-dessus  de tout être humain pécheur. Il ne se contente pas de montrer sa colère, aussi sainte soit-elle. C’est pourquoi il a envoyé son Fils unique, pour prendre sur lui cette colère et porter la malédiction de tous ceux qui croient en lui. « Le Christ, en devenant objet de malédiction à notre place, nous a délivrés de la malédiction de la loi. » (Galates 3:13).

C’est le sens du mot « expiation » dans Romains 3:25 : « C’est lui que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice. Parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant au temps de sa patience, il a voulu montrer sa justice… ». Dieu a éteint sa colère en trouvant un substitut, Jésus-Christ, qui n’annule pas seulement la colère, mais qui la prend sur lui et permet qu’elle ne soit plus dirigée contre nous mais contre lui-même. La colère de Dieu est juste, elle est allée jusqu’au bout, elle n’a pas été retirée.

Ne badinons pas avec Dieu ni avec son amour. Nous ne serons jamais émerveillés par l’amour de Dieu si nous ne reconnaissons pas la gravité de notre péché et la justice de sa colère contre nous. Mais quand, par grâce, notre sentiment d’indignité s’éveille, la possibilité s’ouvre à nous de voir la souffrance et la mort de Christ. Nous pouvons alors dire : «Et l’amour consiste en ceci : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés ; il a envoyé son Fils qui s’est offert en sacrifice pour le pardon de nos péchés. » (1 Jean 4:10)

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/