Quelle est la différence entre Shéol, Hadès, Enfer, Sein d’Abraham et Paradis

14/11/2018 00:25

Quelle est la différence entre

Shéol, Hadès, Enfer,  Sein d’Abraham et Paradis


  1. Dans les langues originales, la Bible emploie le mot hébreu Shéol (sheʼôl) et son équivalent grec Hadès (haïdês) plus de 70 fois. Ces deux mots sont synonymes.
  2. Le séjour des morts, contient le sein d’Abraham et le Shéol ( Hadès ) et entre les deux il y a l’Abîme.
  3. « Enfer » et Étang de feu et Géhenne sont aussi synonymes.
  4. Paradis, Ciel sont aussi synonymes.

 

Shéol, Hadès et l’Abîme et sein d’Abraham dans le séjour des morts.

Shéol et Hadès représentent le même lieu, mais dit dans un langage différent. Ces mots représentent un lieu où sont et seront enfermé tous les injustes après leur mort. Dans les Écritures hébraïques, le terme employé pour le royaume des morts est shéol, qui signifie tout simplement « lieu des morts » ou « des esprits / âmes décédés ». D’autres passages du Nouveau Testament décrivent le Shéol / Hadès comme un lieu temporaire, où les âmes des incroyants sont gardées en attendant la résurrection finale (ou dernière résurrection) pour le jugement du grand trône blanc à la fin du Millénium ; Apocalypse 20 :11. Donc ceux qui sont dans ce lieu, sont dans l’attente de leur jugement et de leur condamnation éternelle. Dans le séjour des morts, il y a le Shéol ou Hadès d’un coté et le sein d’Abraham de l’autre côté. L’Abîme est situé entre les deux. Du côté du Shéol / Hadès il y a de la souffrance et ils ont conscience de leur état. Et dans le sein d’Abraham aucune souffrance, et toutes ces personnes justes devant Dieu, étaient endormies en attendant le réveil pour le Ciel. Et celui qui les a réveillées n’est nul autre que Jésus-Christ, lors de sa descente dans le séjour des morts. Jésus-Christ a annoncé la bonne nouvelle de la Grâce et ensuite, est ressuscité avec tous ceux qui étaient endormies dans le sein d’Abraham. Ainsi Il a vaincu la mort éternellement.

Les impies dans le Shéol / Hadès gardent leur personnalité ; Ésaïe 14 : 9-10 ; Ézékiel 32 : 21-31.

Le shéol et l’Abîme se trouvent comme ouverts et exposés au regard de Dieu ; Job 26 : 6 ; Pr 15 : 112.

L’Abîme est une séparation entre ceux qui ont eu foi en Christ et ceux qui ont refusé Jésus-Christ dans leur vie. L’Abîme qui sépare le sein d’Abraham, du Shéol / Hadès, servira aussi à enfermer Satan temporairement pour mille ans. C’est de là aussi, que montera la première bête dans Apocalypse 13 :1-9, et aussi les sauterelles possédées par des démons à la cinquième trompette en Apocalypse 9 :  1 à 11.

Maintenant tous ceux qui meurent dans la foi en Jésus-Christ, au lieu de descendre dans le séjour des morts, s’en vont directement auprès du Seigneur dans le paradis. Paul préfère ainsi s’en aller, pour être avec Christ ; Philippiens 1 : 21-24 et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur ; 2 Co 5 : 6-8. La mort est ainsi "un gain," elle n’est même plus la mort ; Jean 11 : 25. Et une fois avec le Seigneur, nous aurons un nouveau corps incorruptible et éternel, lors de l’enlèvement de l’Église de Christ, juste avant les sept années des tribulations ; 1 Thessaloniciens 4:16 à 18 et 1 Corinthiens 15 : 51 à 54.  

Depuis la mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ, le sein d’Abraham est vide.

A l’époque précédant la première venue du Christ, les Juifs en étaient venus à distinguer dans le séjour des morts, 2 parties : l’une réservée aux impies, tourmentés dès leur départ ici-bas ; l’autre, réservée aux bienheureux, et appelée "sein d’Abraham". Jésus lui-même emploie ces expressions et donne des précisions remarquables sur le séjour des morts ; Luc 16 : 19-31. Malgré un grand gouffre ou Abîme** entre les impies et les justes dans le séjour des morts, il y a eu une seule et unique communication autorisée par Dieu entre Abraham dans le sein d’Abraham et l’homme riche dans le shéol à propos de Lazare. Les trois sont dans le séjour des morts, Abraham, Lazare et le riche. Mais Abraham et Lazare sont dans le sein d’Abraham et le riche dans le Shéol ou Hadès. En passant ce n’est pas le Lazare que Jésus a ressuscité dans Jean 11. Ici nous voyons que le riche souffre parce qu’il demande un peu d’eau, donc il y a de la souffrance par le feu dans le shéol et il y a des inquiétudes aussi parce qu’il s’inquiète de ses proches. Donc, il sait où il est, il en a conscience.

Et lorsque nous voyons Jésus expliquer cet évènement, Jésus n’est pas encore mort et ressuscité donc le sein d’Abraham est rempli de morts endormis et le Shéol remplis de futurs condamnés. (Jésus emploie souvent le terme endormi pour les personnes qu’Il ressuscite.) Et ce récit nous fait comprendre qu’il y aura aucune communication entre les morts et les vivants. Dieu a laissé des prophètes sur terre pour annoncer ce qu’Il veut et maintenant il a laissé son Esprit-Saint pour nous guider et nous consoler. Donc ça ne donne rien de prier les morts, parce que jamais ils n’entendront ni n’exauceront vos prières. Dieu ne le permet pas et ne le permettra jamais.

Il ne s’agit pas d’un récit fictif, mais d’un incident authentique. Quoi qu’il en soit, Christ l’emploie de façon identique à toutes ses paraboles, c’est-à-dire dans le but d’enseigner une leçon, et dans ce cas surtout à l’attention des pharisiens. Mais nous pouvons comprendre ici la leçon. Mais c’est l’unique cas ou il y a des noms aux personnages.

** Abîme, c’est là que Satan sera enchaîné pour mille ans (#Apocalypse 20 :1,3), et il sortira après les milles ans pour peu de temps afin de faire tomber encore quelques humains dans sa déchéance éternelle ; Apocalypse 20:3.

L’impie, en pleine possession de ses facultés et de sa mémoire, souffre dans un lieu d’où il ne peut sortir. Cet endroit de tourment et de souffrance est pour lui comme une prison préventive mais sans libération conditionnelle : il y attend le jugement dernier devant le trône de Dieu qui les jettera dans l’« Enfer » la Géhenne éternel.

 

« Enfer » et Étang de feu et Géhenne

C’est trois mots veulent dire le même lieu. Mais le mot « Enfer » n’est pas biblique.

L'Enfer est une croyance païenne qui a été adoptée par l'Eglise catholique. Les précurseurs sont Origène en Orient (254) et St Augustin en Occident (430) (Source: New Catholic Encyclopédia de 1967 tome XIII pages 452-454).

Vous retrouverez le mot enfer entre autres, dans le catéchisme de l’église catholique au paragraphes 834, 1033, 1861, 512, 624, et 627.

VOIR DANS https://www.chercherjesus-christ.com/eglise/eglise-catholique/le-catechisme-de-leglise-catholique/

Le terme grec Géhenne (Gehenna), dérivé de l’hébreu Hinnom, est également employé dans le Nouveau Testament pour l’« Enfer ».

Et l’« Enfer » présentement n’est pas habité, car le grand jugement n’a pas eu lieu encore. Il n'y a personne en « Enfer » présentement, même pas Satan. Satan est sur la terre comme le prince de ce monde, avec ses mauvais anges, à essayer de nous faire tomber par tous les moyens, et surtout par la séduction.

Le séjour des morts, n’étant que provisoire, cesse d’exister en tant que tel, car il sera jeté dans la Géhenne, « Enfer » ou Étang de feu au moment du Jugement dernier, soit le jugement du grand Trône blanc après le Millénium. Alors, il sera "jeté dans l’étang de feu", pour rejoindre l’Antichrist et le faux prophète ; Apocalypse 19 : 20 et 20:10, qui y sont depuis 1000 ans.

Et oui l’antichrist et le faux prophète seront les premiers à tomber dans la Géhenne sans passer par le jugement du trône blanc. …Ils furent tous les deux jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre…

Il y a mille ans entre les versets 19 : 20 : et 20 :10 dans l’Apocalypse.

L’étang de feu et de souffre, qui n’est mentionné qu’en Apocalypse 19 : 20 et 20 : 10, 14-15, est l’« Enfer » la Géhenne le lieu final, le lieu de châtiment éternel des rebelles impénitents, hommes, anges et Satan. (Matthieu 25 : 41). Il est décrit comme une étendue de soufre brûlant et ceux qui s’y trouvent souffrent éternellement et atrocement sans jamais être soulagés (Luc 16 : 24, Marc 9 : 45-46). Ceux qui ont rejeté Christ et sont dans la demeure temporaire des morts, le Hadès / Shéol, auront l’étang de feu pour destination finale. Ils rejoindront les deux bêtes. Et ils auront des corps indestructibles et éternels pour ce lieu.

Le mot grec géenna vient de l'hébreu gé-Hinnom (vallée de l'Himmon); là eurent lieu dans le passé des sacrifices humains (2 Chroniques 33 : 6; Jérémie 7 : 31). De ce fait, ce nom avait une consonance d'horreur pour les Juifs. De leur temps, le feu y brûlait continuellement les immondices, ce qui rappelait au peuple d'Israël le jugement réservé aux méchants. Le mot "géhenne" se trouve dans Matthieu 5 :22, 29, 30 ; 10 :28 ; 18 :9 ; 23 :15, 33 ; Marc 9 :44, 46, 47 ; Luc 12 :5 ; Jacques 3 :6.

Sauf cette dernière citation, c'est Jésus-Christ qui utilise cette expression pour avertir très solennellement des conséquences du péché. Il décrit la géhenne comme un endroit "où leur vers ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas" Marc 9 :48.

Le sens de cette expression correspond à "étang de feu" utilisé dans Apocalypse 19 :20; 20 : 10, 14, 15.

 

Paradis, Ciel

Tout a commencé avec un paradis terrestre (Jardin d’Éden) et tout finira dans un paradis terrestre (Millénium), du moins similaire. Et ensuite l’univers fera place à un nouvel univers.

Les âmes des justes présentement et cela depuis la résurrection vont directement en la présence de Dieu dans le ciel, ou paradis (Luc 23 : 43, 2 Corinthiens 5 : 8, Philippiens 1 : 23).

Ceux dont les noms sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau immolé ( https://www.chercherjesus-christ.com/news/le-livre-vie-de-lagneau-immole/ ) n’ont cependant pas à craindre ce sort terrible. Par la foi en Christ et en son sang versé sur la croix pour nos péchés, nous sommes destinés à vivre éternellement en la présence de Dieu.

Jésus-Christ sorti du tombeau, "étant monté en haut, il a emmené des captifs et il a fait des dons aux hommes" ; Éphésiens 4 : 8-32 à lire et à méditer.

R.B.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/