ROMAINS 09 : 01 À 33 *** + ROMANS 09 : 01 to 33 + NOTES : JOHN MACARTHUR

02/11/2015 08:33

ROMAINS 09 : 01 À 33 *** +
 

1 ¶  Je dis la vérité en Christ, je ne mens point, ma conscience m’en rend témoignage par le Saint-Esprit:

conscience. Voir la note sur 2:15 {==> "Ro 2:15"}.

par le Saint-Esprit. Ce n’est que quand l’Esprit contrôle la conscience que celle-ci peut être digne de confiance. Toutefois, elle reste imparfaite, et ses avertissements doivent toujours être examinés à la lumière de la Parole de Dieu (cf. #1Co 4:3-5).

2  J’éprouve une grande tristesse, et j’ai dans le cœur un chagrin continuel.

3  Car je voudrais moi-même être anathème et séparé de Christ pour mes frères, mes parents selon la chair,

anathème. Le mot grec anathema désigne l’acte de vouer à la destruction dans l’enfer éternel (cf. #1Co 12:3 ; #1Co 16: 22 ; #Ga 1:8-9). Tout en étant conscient de l’impossibilité de cet échange (#Ro 8:38-39 ; #Jn 10:28), Paul exprime ainsi toute la sincérité et la profondeur de son amour pour ses frères juifs (cf. #Ex 32:32).

4  qui sont Israélites, à qui appartiennent l’adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, (9-5) et les promesses,

Israélites. Les descendants d’Abraham par Jacob. Dieu changea le nom de Jacob en celui d’Israël (#Ge 32:28).

adoption. Cela ne signifie pas que chaque Juif soit sauvé (voir les notes sur 8:15-23 {==> "Ro 8:15"};  cf. #Ro 9:6), mais que Dieu a choisi souverainement toute une nation afin qu’elle bénéficie de son appel, de son alliance et de sa bénédiction et qu’elle soit son témoin auprès des autres nations (#Ex 4:22 ; #Ex 19: 6 ; #Os 11:1 ; cf. #Esa 46:3-4).

gloire. La nuée de gloire qui représentait la présence de Dieu dans l’A.T. (#Ex 16: 10 ; #Ex 24:16-17 ; #Ex 29:42-43 ; #Lé 9:23). Sa gloire était présente de manière suprême dans le lieu très saint du tabernacle, puis du temple, qui faisait office de salle du trône pour l’Éternel, le roi d’Israël (#Ex 25:22 ; #Ex 40:34 ; #1R 8:11).

alliances. Voir la note sur Ge 9:16 {==> "Ge 9:16"}. Une alliance est une promesse qui lie légalement, un accord ou un contrat. Ce mot est mis 3 fois au pluriel dans le N.T. (voir aussi #Ga 4:24 ; #Ep 2:12). Toutes les alliances de Dieu avec l’homme sont éternelles et unilatérales  c’est-à-dire que Dieu a promis d’accomplir quelque chose en se basant sur son propre caractère et non sur la réponse ou les actions du bénéficiaire de la promesse - à l’exception d’une seule. Les six alliances bibliques sont:

1° l’alliance avec Noé (#Ge 9:8-17),

2° l’alliance avec Abraham (#Ge 12:1-3 ; voir la note sur 4:13 {==> "Ro 4:13"}),

3° l’alliance de la loi donnée à Moïse au Sinaï (#Ex 19:1-31:2; cf. #De 29:1-30:2),

4° l’alliance sacerdotale (#No 25:10-13),

5° l’alliance d’un royaume éternel à travers le plus grand descendant de David (#2S 7:8-16),

6° la nouvelle alliance (#Jér 31:31-34 ; #Ez 37:26 ; cf. #Hé 8:6-13).

Seule l’alliance mosaïque n’était pas éternelle et unilatérale, puisque le péché d’Israël l’a abrogée et qu’elle a été remplacée par la nouvelle alliance (cf. #Hé 8:7-13).

culte. Ou « service au temple ». Renvoie à tout le système des sacrifices et des cérémonies que Dieu révéla à Moïse (cf. #Ex 29:43-46).

les promesses. Allusion probable à l’annonce du Messie, qui est sorti d’Israël, offre la vie éternelle et instaurera un royaume éternel (cf. #Ac 2:39 ; #Ac 13:32-34 ; #Ac 26:6 ; #Ga 3:16, #Ga 3:21).

5  et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen !

patriarches. Les promesses du Messie se sont réalisées au travers des patriarches Abraham, Isaac et Jacob.

Christ …  Dieu béni éternellement. L’intention première n’était pas de prononcer une bénédiction, mais d’affirmer la souveraineté et la divinité de Christ.

6 ¶  Ce n’est point à dire que la parole de Dieu soit restée sans effet. Car tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël,

parole de Dieu. Désigne les privilèges et les promesses que Dieu a révélées à Israël (v. #Ro 9:4 ; cf. #Esa 55:11 ; #Jér 32:42).

tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël. Les descendants physiques d’Abraham ne sont pas tous des héritiers légitimes de la promesse (voir les notes sur 2:28-29 {==> "Ro 2:28"}).

7  et, pour être la postérité d’Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants ; mais il est dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité,

Pour illustrer la vérité du v. 6, Paul rappelle à ses lecteurs que même les promesses ethniques et nationales faites à Abraham ne s’adressaient pas à chacun de ses descendants physiques, mais uniquement à ceux qui naîtraient par Isaac. Cf. #Ge 21: 12.

enfants. Seuls les descendants d’Isaac pouvaient vraiment être appelés enfants d’Abraham, héritiers des promesses ethniques et nationales (#Ge 17:19-21).

8  c’est-à-dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont regardés comme la postérité.

enfants de la chair. Les enfants qu’Abraham engendra avec ses épouses Agar et Ketura ne furent pas choisis comme bénéficiaires des promesses nationales qui lui avaient été faites.

enfants de Dieu. De même que les descendants d’Abraham n’appartenaient pas tous au peuple physique de Dieu  c’est-à-dire la nation d’Israël - de même les descendants d’Abraham par Isaac ne font pas tous partie du vrai peuple spirituel de Dieu et ne jouissent pas tous des promesses faites aux enfants spirituels d’Abraham (#Ro 4:6, #Ro 4:11 ; cf. #Ro 11:3-4).

9  Voici, en effet, la parole de la promesse: Je reviendrai à cette même époque, et Sara aura un fils.

Citation de #Ge 18:10.

10  Et, de plus, il en fut ainsi de Rébecca, qui conçut du seul Isaac notre père ;

11  car, quoique les enfants ne fussent pas encore nés et qu’ils n’eussent fait ni bien ni mal, — afin que le dessein d’élection de Dieu subsistât, sans dépendre des œuvres, et par la seule volonté de celui qui appelle, — 

les enfants. Les jumeaux Jacob et Ésaü.

fait ni bien ni mal. Dieu choisit Jacob à la place d’Ésaü pour continuer la lignée physique. Son choix n’était pas basé sur leur mérite ou leur tort personnel.

dessein d’élection de Dieu. Le choix que Dieu fit de Jacob reposait uniquement sur son plan souverain; c’est un exemple parfait d’élection au salut. Dieu a choisi certains Juifs  et certains païens - mais pas tous, pour le salut.

sans dépendre des œuvres …  celui qui appelle. Le fait que Dieu a choisi Jacob avant sa naissance, et ce sans tenir compte du mérite humain, démontre que l’élection à la vie spirituelle est sans rapport avec un quelconque effort humain et n’est basée que sur la prérogative de Dieu qui fait sa sélection (voir la note sur 8:29 {==> "Ro 8:29"};  cf. #1Co 1:9).

12  il fut dit à Rébecca : L’aîné sera assujetti au plus jeune ;

Citation de #Ge 25:23.

13  (9-12) selon qu’il est écrit : (9-13) J’ai aimé Jacob Et j’ai haï Ésaü.

Citation de #Mal 1:2-3. Il ne s’agit pas d’un sentiment réel de haine vis-à-vis d’Ésaü et de sa postérité. Malachie, qui fit cette déclaration plus de 1500 ans après leur mort, analysait ces deux hommes et par extension les peuples (Israël et Édom) issus d’eux - en constatant que Dieu avait choisi de bénir et protéger l’un et d’abandonner l’autre au jugement.

14 ¶  Que dirons-nous donc ? Y a-t-il en Dieu de l’injustice ? Loin de là !

Y a-t-il en Dieu de l’injustice? Paul anticipe une fois de plus l’objection de ses lecteurs face à sa théologie: si Dieu devait choisir des hommes pour le salut et ignorer d’autres indépendamment de leurs mérites ou actions, il serait arbitraire et injuste (cf. #Ge 18: 25 ; #Ps 7:10 ; #Ps 48:11 ; #Ps 71:19 ; #Ps 119:137, #Ps 119:142 ; #Jér 9:23-24).

15  Car il dit à Moïse : Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j’aurai compassion de qui j’ai compassion.

Citation d’#Ex 33:19. Certains pouvaient objecter que l’enseignement de Paul sur l’élection souveraine de Dieu ne cadrait pas avec sa présentation comme impartial. En réponse, Paul cite ce texte de l’A.T. qui indique clairement que Dieu est absolument souverain, apte à décider qui sera sauvé sans violer ses autres attributs. Il détermine qui sera bénéficiaire de sa miséricorde.

16  Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde.

cela. Dans sa grâce, Dieu choisit certains individus pour la vie éternelle (voir la note sur 8:29 {==> "Ro 8:29"}).

qui veut. Le salut n’est pas une initiative de l’homme, puisque même la foi est un don de Dieu (voir la note sur 1:16 {==> "Ro 1:16"};  cf. #Jn 6:37 ; #Ep 2:8-9).

qui court. Le salut ne dépend pas des efforts humains (voir la note sur le v. 11 {==> "Ro 9:11"}).

17  Car l’Écriture dit à Pharaon : Je t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre.

Nouvelle citation de l’A.T. (#Ex 9:16, comme au v. #Ro 9:15) pour prouver que Dieu choisit souverainement celui qui servira ses buts.

t’ai suscité. Renvoie à l’acte de mettre quelqu’un en avant ou de l’élever. Ce terme était souvent utilisé pour décrire l’accession des chefs ou des pays à des positions éminentes (cf. #Ha 1:6 ; #Za 11:16). Pharaon pensait certainement que sa position et ses actions ne dépendaient que de son libre choix en vue des buts qu’il s’était fixés, mais il servait en réalité le but de Dieu.

mon nom. La totalité de la personne de Dieu (cf. #Ex 34:5-7).

18  Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut.

L’intervention puissante de Dieu lorsqu’il libéra Israël de la domination de Pharaon prouva deux vérités évidentes: Moïse et Pharaon étaient tous deux des pécheurs, même des assassins, et méritaient tous deux la colère de Dieu et la punition éternelle; mais Moïse bénéficia de la miséricorde de Dieu alors que Pharaon subit son jugement, parce que telle était la volonté souveraine de Dieu (cf. #Ro 11:7 ; #Jos 11:18-20 ; #1Th 5:9 ; #2P 2:12).

endurcit. Le mot grec signifie littéralement « rendre quelque chose dur », et au figuré « rendre entêté ou obstiné ». Le livre de l’Exode mentionne 10 fois l’endurcissement du cœur de Pharaon par Dieu (p. ex. #Ex 4:21 ; #Ex 7:3, #Ex 7:13), et d’autres fois le fait que Pharaon endurcit son propre cœur (p. ex. #Ex 8:28 ; #Ex 9:34). Cela ne signifie pas que Dieu provoqua activement l’incrédulité ou quelque autre mal dans le cœur de Pharaon (cf. #Ja 1:13), mais plutôt qu’il retira toutes les influences divines qui agissaient ordinairement pour limiter le péché et permit au cœur mauvais de Pharaon de continuer à pécher (cf. #Ro 1:24, #Ro 1:26, #Ro 1:28).

19  Tu me diras : Pourquoi blâme-t-il encore ? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté ?

Pourquoi blâme-t-il encore? Le sens de l’objection est: comment Dieu peut-il blâmer quelqu’un pour son péché et son incrédulité, alors qu’il a souverainement décidé la destinée de cette personne?

20  O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu ? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé : Pourquoi m’as-tu fait ainsi ?

O homme …  qui es-tu pour contester avec Dieu? La nature de la réplique de Paul montre clairement qu’il ne s’adresse pas à ceux qui soulèvent des questions honnêtes sur cette doctrine difficile, mais à ceux qui cherchent à l’utiliser pour justifier leur péché et leur incrédulité.

       9:20-21 Paul utilise l’analogie du potier que l’on retrouve dans l’A.T. (cf. #Esa 64:5-7 ; #Jér 18:3-16) afin d’expliquer que les hommes qui mettent en doute le choix par Dieu de certains pécheurs pour le salut sont aussi irrationnels et bien plus arrogants que le vase qui remet en question les buts du potier.

21  Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil ?

22  Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition,

que dire, si. Avec cette question de pure forme, Paul introduit une déclaration de fait.

voulant. Le mot grec parle d’une intention divine, et non d’une résignation passive.

supporté. Dieu pourrait à juste titre détruire les pécheurs dès qu’ils pèchent, mais il supporte patiemment leur rébellion au lieu de punir immédiatement leur péché par la punition éternelle. Voir la note sur 2:4 {==> "Ro 2:4"}.

vases de colère. Reprenant l’analogie du potier, Paul désigne ainsi ceux que Dieu n’a pas d’avance préparés pour le salut, mais qu’il a plutôt laissés s’attirer la juste punition pour leur péché: sa colère (voir la note sur 1:18 {==> "Ro 1:18"}).

prêts pour la perdition. Parce qu’ils l’ont rejeté. Dieu ne rend pas les hommes pécheurs, mais il les abandonne au péché qu’ils ont choisi (voir la note sur le v. 18 {==> "Ro 9:18"}).

9:22-23 Ces vv. ne tentent pas d’identifier l’origine du mal ni d’expliquer la raison pour laquelle Dieu l’a admis, mais ils donnent trois raisons qui nous aident à comprendre pourquoi Dieu a permis sa présence et son influence contaminatrice:

1° pour exercer sa colère;

2° pour faire connaître sa puissance;

3° pour démontrer les richesses de sa glorieuse miséricorde.

Personne n’est traité injustement: certains subissent le jugement qu’ils méritent (#Ro 6:23), tandis que d’autres bénéficient de sa miséricorde par pure grâce.

23  et s’il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a d’avance préparés pour la gloire ?

gloire. La grandeur de son caractère, perçue surtout dans la grâce, la miséricorde, la compassion et le pardon qu’il accorde aux pécheurs en Christ.

vases de miséricorde. Ceux qu’il a choisis pour le salut.

d’avance préparés. Allusion à l’élection divine (voir la note sur 8:29 {==> "Ro 8:29"}).

24  Ainsi nous a-t-il appelés, non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les païens,

25 ¶  selon qu’il le dit dans Osée : J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n’était pas la bien-aimée ;

9:25-26 Paul cite #Os 1:9-2:1,23. Osée parlait de la restauration définitive d’Israël devant Dieu, mais Paul précise que ce rétablissement implique nécessairement son éloignement présent de Dieu. Par conséquent, l’incrédulité d’Israël est compatible avec la révélation de l’A.T.

9:25-33 En conclusion, Paul explique que l’incrédulité d’Israël n’est pas en contradiction avec le plan rédempteur de Dieu. Il utilise l’A.T. pour montrer qu’elle reflète exactement ce que les prophètes avaient annoncé (vv. #Ro 9:25-29), et qu’elle est compatible avec la condition préalable de foi posée par Dieu (vv. #Ro 9:30-33).

26  et là où on leur disait : Vous n’êtes pas mon peuple ! ils seront appelés fils du Dieu vivant.

27  Esaïe, de son côté, s’écrie au sujet d’Israël : Quand le nombre des fils d’Israël serait comme le sable de la mer, Un reste seulement sera sauvé.

9:27-28 Voir #Esa 10:22-23. Esaïe prophétisait que Juda, le royaume du sud, serait envahi et dispersé  temporairement rejeté par Dieu - à cause de son incrédulité. Paul souligne que la dispersion décrite par Esaïe n’était qu’une annonce du rejet par Israël de son Messie et de la destruction et la dispersion qui s’ensuivraient.

28  Car le Seigneur exécutera pleinement et promptement sur la terre ce qu’il a résolu.

29  Et, comme Esaïe l’avait dit auparavant: Si le Seigneur des armées Ne nous eût laissé une postérité, Nous serions devenus comme Sodome, Nous aurions été semblables à Gomorrhe.

Voir #Esa 1:9. À nouveau, seul un reste d’Israël survivra à la colère de Dieu, et ce uniquement en raison de sa miséricorde.

Seigneur des armées. Cf. #Ja 5:4. Désigne sa souveraineté qui englobe tout.

30 ¶  Que dirons-nous donc ? Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi,

justice qui vient de la foi. La justice qui vient de Dieu sur la base de la foi (voir la note sur 1:17 {==> "Ro 1:17"}).

9:30-32 Paul conclut son développement sur le choix divin en rappelant à ses lecteurs que, bien que Dieu choisisse certains comme bénéficiaires de sa miséricorde, ceux qui subissent son jugement le subissent non par la faute de Dieu, mais à cause de leur propre réticence à croire l’Évangile (cf. #2Th 2:10). Les pécheurs sont condamnés pour leurs péchés personnels, le plus grave consistant dans le rejet de Dieu et de Christ (cf. #Ro 2:2-6, #Ro 2:9, #Ro 2:12 ; #Jn 8:21-24 ; #Jn 16:8-11).

31  tandis qu’Israël, qui cherchait une loi de justice, n’est pas parvenu à cette loi.

loi de justice. La justice obtenue en respectant la loi (cf. #Ro 3:20 ; voir la note sur 8:3 {==> "Ro 8:3"}).

32  Pourquoi ? Parce qu’Israël l’a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des œuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d’achoppement,

non par la foi. Voir les notes sur 3:21-24 {==> "Ro 3:21"}.

œuvres. En faisant tout ce que la loi prescrit (cf. #Ga 2:16 ; #Ga 3:2, #Ga 3:5, #Ga 3:10).

33  selon qu’il est écrit : Voici, je mets en Sion une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus.

Voir #Esa 8:14 et #Esa 28:16. Bien avant la venue du Messie, les prophètes de l’A.T. avaient prédit qu’Israël le rejetterait. Cela illustre à nouveau le fait que l’incrédulité de la nation est parfaitement compatible avec l’Écriture.

 

 ROMANS 09 : 01 to 33 + NOTES : JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ I say the truth in Christ, I lie not, my conscience bearing me witness in the Holy Spirit:

consciousness. See note on 2:15 {==> "Rom 2:15"}.

by the Holy Spirit. It is only when the Spirit control consciousness that it can be trusted. However, it remains imperfect, and his warnings should always be considered in the light of the Word of God (cf. 1 Cor # 4: 3-5).

2 I have great sorrow and I have in my heart a continual sorrow.

3 For I could wish that I myself were accursed from Christ for my brethren, my kinsmen according to the flesh,

anathema. The Greek word anathema means the act to devote to destruction in eternal hell (cf. 1 Cor 12 # 3, # 1 Cor 16: 22; #Ga 1: 8-9). While aware of the impossibility of this exchange (#Ro 8: 38-39; #Jn 10:28), and Paul expresses all the sincerity and depth of his love for his Jewish brethren (cf. #Ex 32: 32).

4 who are Israelites, to whom belong the adoption, and the glory, and the covenants, and the law, and worship, (9-5) and promises,

Israelites. The descendants of Abraham by Jacob. God changed Jacob's name into that of Israel (#Ge 32:28).

adoption. This does not mean that every Jew be saved (see notes 8: 15-23 {==> "Rom 8:15"}; cf. #Ro 9: 6), but God has sovereignly chosen to a nation she receives her call, his covenant and his blessing and be a witness to the other nations (#Ex 4:22; #Ex 19: 6; #Os 11: 1; cf. 46 #Esa : 3-4).

glory. The cloud of glory which represented the presence of God in the OT (#Ex 16: 10; #Ex 24: 16-17; #Ex 29: 42-43; Lev 9:23 #). His glory was present supreme way into the most holy place of the tabernacle and the temple, which was the throne room office to the LORD the King of Israel (#Ex 25:22; 40:34 #Ex; # 1R 8:11).

alliances. See footnote on Ge 9:16 {==> "Ge 9:16"}. A covenant is a promise legally binding, agreement or contract. This word is used three times in the plural in the NT (see also #Ga 4:24; #EP 2:12). All of God's covenants with man are eternal and unilateral that is to say that God has promised to do something based on his own character and not on the response or actions of the beneficiary of the promise - with the exception of one. The six biblical covenants are:

1 covenant with Noah (#Ge 9: 8-17)

2. the covenant with Abraham (#Ge 12: 1-3; see note on 4:13 {==> "Rom 4:13"})

3. the covenant of the law given to Moses at Sinai (#Ex 19: 1-31: 2; cf. # of 29: 1-30: 2)

4. priestly covenant (#No 25: 10-13)

5 ° the covenant of an everlasting kingdom through the greatest descendant of David (2S # 7: 8-16)

6 ° the new covenant (# Jer 31: 31-34; #Ez 37:26; cf. Hey # 8: 6-13).

Only the Mosaic covenant was not eternal and unilateral, since Israel's sin was repealed and has been replaced by the new covenant (cf. Heb # 8: 7-13).

worship. Or "temple service". Refers to the whole system of sacrifices and ceremonies that God revealed to Moses (cf. #Ex 29: 43-46).

The promises. Probably referring to the announcement of the Messiah, who came out of Israel, has eternal life and will establish an eternal kingdom (cf. #AC 2:39; #AC 13: 32-34; #AC 26: 6; #Ga 3:16 #Ga 3:21).

5 and the patriarchs, and from them is derived, according to the flesh, Christ, who is over all, God blessed for ever. Amen!

patriarchs. The promises of the Messiah were fulfilled through the patriarchs Abraham, Isaac and Jacob.

Christ ... God blessed for ever. The original intention was not to pronounce a blessing, but to affirm the sovereignty and divinity of Christ.

¶ 6 It is not as though the word of God hath taken none effect. For all who are descended from Israel are Israel,

word of God. Means the privileges and promises which God has revealed to Israel (v #Ro 9: 4; cf. #Esa 55:11; Jer 32:42 #.).

all who are descended from Israel are Israel. The physical descendants of Abraham are not all legitimate heirs of promise (see notes 2: 28-29 {==> "Rom 2:28"}).

7 and to be the seed of Abraham, they are not all children: but it is said: In Isaac shall thy seed named,

To illustrate the truth of v. 6, Paul reminds his readers that even ethnic and national promises made to Abraham is not addressed to each of his physical descendants, but only to those which may arise by Isaac. See #Ge 21: 12.

children. Only the descendants of Isaac could really be called the children of Abraham, heirs of ethnic and national promises (#Ge 17: 19-21).

8 that is to say, these are not the children of the flesh who are children of God, but it is the children of the promise are counted for the seed.

children of the flesh. Abraham fathered children with his wife Hagar and Keturah were not selected as beneficiaries of national promises made to him.

God's children. As descendants of Abraham did not belong to any physical people of God that is to say, the nation of Israel - as the descendants of Abraham through Isaac are not all part of the true spiritual people God and do not enjoy all of the promises made to the spiritual children of Abraham (#Ro 4: 6, #Ro 4:11; cf. #Ro 11: 3-4).

9 For this is the word of promise: I will return to this same time, and Sarah will have a son.

Quote #Ge 18:10.

10 And, again, it was so Rebecca also had conceived by one our father Isaac;

11 for though the children being not yet born, neither having done anything good or bad - that the purpose of election of God might stand, not of works, and by the will of the one who calls -

children. The twins Jacob and Esau.

done any good or evil. God chose Jacob instead of Esau in order to continue physical lineage. His choice was not based on merit or personal harm.

God's purpose of election. The choice God made Jacob based solely on his sovereign plan; this is a perfect example of election to salvation. God chose some Jews and some Gentiles - but not all, for salvation.

not of works ... the caller. The fact that God chose Jacob before birth, and that regardless of human merit, shows that the election of the spiritual life is irrelevant to any human effort and is based on the prerogative of God who makes his selection (see note on 8:29 {==> "Rom 8:29"}; see # 1 Corinthians 1: 9).

12 it was said unto her, The elder shall serve the younger;

Quote #Ge 25:23.

13 (9-12) as it is written: (9-13) Jacob have I loved I hated Esau.

Quote #Mal 1: 2-3. It's not a real sense vis-à-vis hate Esau and his posterity. Malachi, who made this statement more than 1500 years after death, analyzed these two men and by extension the people (Israel and Edom) from them - noting that God had chosen to bless and protect one and give up the other to judgment.

14 ¶ What shall we say then? Are there injustice in God? Far from there !

Are there injustice in God? Paul anticipates once again the objection of his readers cope with his theology: If God had to choose men for salvation and ignore others regardless of their merits or actions, it would be arbitrary and unfair (see #Ge 18: 25; #PS 7:10; #PS 48:11; 71:19 #PS; #PS 119: 137, #PS 119: 142, # Jer 9: 23-24).

15 For he saith to Moses, I will have mercy on whom I have mercy, and I will have compassion on whom I have compassion.

Quote of # Ex 33:19. Some could argue that Paul's teaching on the sovereign election of God did not fit with his presentation as impartial. In response, Paul quotes the text of the A.T. which clearly indicates that God is absolutely sovereign, able to decide who will be saved without violating its other attributes. It determines who will be the beneficiary of his mercy.

16 So then it does not depend on man who wills nor of him that runneth, but of God who shows mercy.

it. In his grace, God chooses certain individuals to eternal life (see note on 8:29 {==> "Rom 8:29"}).

wants. The salvation is not a human initiative, since even faith is a gift of God (see note on 1:16 {==> "Rom 1:16"}; cf. #Jn 6:37; #EP 2: 8-9).

running. The salvation does not depend on human efforts (see note on v. 11 {==> "Rom 9:11"}).

17 For the Scripture says to Pharaoh: I raised you on purpose to show my power in you and that my name may be declared throughout all the earth.

New citation of A.T. (9:16 #Ex, as in v. #Ro 9:15) to prove that God sovereignly chooses the one that will serve its purposes.

you have raised. Refers to the act of putting someone in front or raise. This term was often used to describe the accession of leaders or countries with prominent positions (see #Ha 1: 6; 11:16 #Za). Pharaoh certainly thought his position and his actions that depended on his choice for the goals it had set itself, but it actually served the purpose of God.

my name. The whole person of God (cf. #Ex 34: 5-7).

18 Thus, it has mercy on whom he wills, and he hardens whomever he wants.

The powerful intervention of God when he liberated Israel from Pharaoh's rule proved two obvious truths: Moses and Pharaoh were both sinners, even murderers, and both deserve the wrath of God and eternal punishment; but Moses benefited from the mercy of God so that Pharaoh suffered his judgment, because that was the sovereign will of God (cf. #Ro 11: 7; #Jos 11: 18-20; 1 Thessalonians # 5: 9; 2P # 2 : 12).

hardens. The Greek word literally means "making something hard," and figuratively "make stubborn or obstinate." The Book of Exodus mentions 10 times the hardening of Pharaoh's heart by God (eg #Ex 4:21; #Ex 7:.. 3 #Ex 7:13), and other times that Pharaoh hardened his own heart (eg #Ex 8:28;.. #Ex 9:34). This does not mean that God actively provoked incredulity or some other evil in Pharaoh's heart (cf. #Ja 1:13), but he withdrew all the divine influences that usually acted to limit sin and allowed the Pharaoh's heart hurts to continue to sin (cf. 1:24 #Ro, #Ro 1:26 #Ro 1:28).

19 You will say: Why does he still find fault? For who is it who resisted his will?

Why does he still find fault? The sense of the objection is: how can God blame anyone for his sin and disbelief, when he sovereignly decided the fate of this person?

20 O man, rather, who are you to reply against God? The clay vase he say to him that formed it, Why hast thou made me thus?

O man ... who are you to reply against God? The nature of the replica of Paul clearly that it is not directed to those shows which raise honest questions on this difficult doctrine, but to those who seek to use it to justify their sin and unbelief.

       9: 20-21 Paul uses the analogy of the potter that is found in the OT (see #Esa 64: 5-7; Jer # 18: 3-16) to explain that men who question the choice of certain sinners by God for salvation are also much more irrational and arrogant that the vase that challenges the goals of the potter.

21 the potter no right over the clay, to make from the same lump one vessel unto honor, and another unto dishonor?

22 What if God, willing to show his wrath and make his power known, endured with much patience vessels of wrath made for destruction,

What if. With this rhetorical question, Paul introduces a statement of fact.

wanting. The Greek word speaks of a divine intention, not passive resignation.

supported. God could justly destroy the sinners when they sin, but he endures their rebellion rather than immediately punish their sin with eternal punishment. See note on 2: 4 {==> "Ro 2: 4"}.

vessels of wrath. Taking the analogy of the potter, and Paul refers to those whom God has not prepared beforehand for salvation, but rather left to draw the just punishment for their sin: anger (see note 1 on : 18 {==> "Rom 1:18"}).

ready for destruction. Because they have rejected it. God does not make sinful men, but abandoned the sin they have chosen (see note on v. 18 {==> "Rom 9:18"}).

9: 22-23 These verses. do not attempt to identify the origin of evil or explain why God allowed, but they give three reasons that help us understand why God allowed his presence and contaminating influences:

1 ° to exercise his anger;

2 ° to make his power;

3 ° to demonstrate the riches of his glorious mercy.

No one is treated unfairly: some suffer the judgment they deserve (#Ro 6:23), while others benefit from his mercy by grace.

23 and that he might make known the riches of his glory upon vessels of mercy which he prepared beforehand for glory?

glory. The greatness of his character, perceived mainly in grace, mercy, compassion and forgiveness that he gives to sinners in Christ.

vessels of mercy. His chosen ones for salvation.

prepared in advance. Reference to divine election (see note on 8:29 {==> "Rom 8:29"}).

24 Thus he called us, not only of the Jews but also of the Gentiles,

25 ¶ As he saith also in Hosea, I will call them my people, which was not my people; and her beloved, which was not beloved;

9: 25-26 Paul quotes #Os 1: 9-2: 1.23. Hosea spoke of the final restoration of Israel before God, but Paul said that this necessarily implies restoring its present distance from God. Therefore, Israel's unbelief is compatible with the revelation of the AT

9: 25-33 In conclusion, Paul explains that Israel's unbelief is not in contradiction with the redemptive plan of God. It uses A.T. to show that it reflects exactly what the prophets had announced (#Ro vv. 9: 25-29), and it is compatible with the prerequisite of faith asked by God (vv #Ro. 9: 30-33 ).

26 and where they were told: You are not my people! they shall be called the son of the living God.

27- Isaiah, in turn, cries concerning Israel, Though the number of Israel's son would be as the sand of the sea, a remnant shall be saved..

9: 27-28 #Esa See 10: 22-23. Isaiah prophesied that Judah, the southern kingdom, was invaded and dispersed temporarily rejected by God - because of his disbelief. Paul emphasizes that the dispersion described by Isaiah was only an announcement of the Israeli rejection of the Messiah and the destruction and dispersal that would follow.

28 For the Lord will execute make upon the earth that it has solved.

29 And as Isaiah said before, If the Lord of hosts had left us a seed, We would have become like Sodom, We would have been like Gomorrah.

See #Esa 1: 9. Again, only a remnant of Israel will survive the wrath of God, and only because of his mercy.

Lord of hosts. #Ja Cf. 5: 4. Designates all-encompassing sovereignty.

30 ¶ What shall we say then? Gentiles who did not pursue righteousness, attained righteousness, the righteousness of faith,

righteousness of faith. The righteousness from God based on faith (see note on 1:17 {==> "Rom 1:17"}).

9: 30-32 Paul concludes his development on the divine choice by reminding readers that, although God chooses some to be the beneficiaries of his mercy, those who suffer not suffer the judgment by God's fault, but because of their own reluctance to believe the Gospel (cf. # 2Th 2:10). Sinners are condemned for their personal sins, the most serious consisting in the rejection of God and of Christ (cf. #Ro 2: 2-6, #Ro 2: 9, 2:12 #Ro; #Jn 8: 21- 24; #Jn 16: 8-11).

31 But Israel, which followed after the law of justice, is not attained to the law.

law of justice. Justice obtained within the law (cf. #Ro 3:20; see note on 8: 3 {==> "Ro 8: 3"}).

32 Why? Because they sought it not by faith, but as by works. They stumbled against the stumbling block,

not by faith. See notes 3: 21-24 {==> "Rom 3:21"}.

works. By doing all that the law prescribes (see #Ga 2:16; #Ga 3: 2 #Ga 3: 5, #Ga 3:10).

33 As it is written, Behold, I lay in Zion a stone of stumbling and a rock of offense: and he that believeth on him shall not be ashamed.

See #Esa 8:14 ET #Esa 28:16. Long before the coming of the Messiah, the OT prophets had predicted that Israel would reject. This again illustrates the fact that the unbelief of the nation is fully consistent with Scripture.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/