UN APPEL QUI CONTRAINT 2 février

02/02/2014 17:27
UN APPEL QUI CONTRAINT
 
      Malheur à moi, si je n’annonce pas la Bonne Nouvelle.       #1Co 9:16 
 
      Veillez à ne pas boucher vos oreilles à l’appel de Dieu. Quiconque est sauvé, est appelé à témoigner mais pas à prêcher. Paul parle ici de l’angoisse qu’il a éprouvée lorsqu’il s’est agi pour lui de prêcher l’Évangile. Cette affirmation n’est pas une condition du salut. Il n’y a rien de plus facile que d’être sauvé, c’est là l’œuvre souveraine de Dieu : — « Venez à moi et je vous sauverai. » Notre Seigneur ne confond jamais les conditions à remplir pour être son disciple avec les conditions du salut. Car le salut nous est en quelque sorte imposé à cause de la Croix de Jésus-Christ. 
 
      Devenir disciple comporte un choix. « Si quelqu’un veut venir après moi… » Les paroles de Paul concernent le serviteur de Jésus-Christ. Le Seigneur ne nous demande jamais notre permission pour nous commander ce que nous avons à faire. Nous sommes, entre les mains de Dieu, pain rompu et vin répandu, comme il lui plaît. Pour être « mis a part pour l’Évangile », il nous faut entendre l’appel de Dieu. Quand quelqu’un commence à entendre cet appel, il entre dans une véritable agonie. Toute ambition est sacrifiée à ce but, chaque désir de la vie supprimé, chaque perspective complètement éteinte et effacée, laissant place à une seule chose : « mis à part pour l’Évangile ». Malheur à celui qui essaie d’aller dans une autre direction, après que cet appel lui soit parvenu ! Quand Dieu nous saisit, veillons à repousser ceux qui veulent lui faire concurrence. 
 
https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/