Vengeur de sang

03/01/2014 09:14
 

 Vengeur de sang. Celui qui châtiant un criminel, fait respecter la Loi selon laquelle « Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé » (#Ge 9:5,6 ; #No 35:31). Dans une société organisée, les tribunaux font respecter les lois ; mais primitivement, les anciens Sémites, comme les Grecs, les Germains et les Slaves, se faisaient la plupart du temps justice eux-mêmes ; c’était l’offensé qui se vengeait. Si un meurtre était commis, ou un homicide involontaire, on s’attendait à ce que le plus proche parent de la victime la vengeât. Ce justicier s’appelait le vengeur du sang. Sans essayer d’établir d’abord les faits et les motifs, il frappait le meurtrier, volontaire ou involontaire ; ensuite, le plus proche parent de la seconde victime tuait le vengeur du sang, créant ainsi une sanglante inimitié, une vendetta. La législation de Moïse enleva à ce système ses caractéristiques les plus atroces ; on fonda des cités de refuge : celui qui, ayant tué un homme, s’enfuyait dans l’une de ces villes, bénéficiait d’un jugement équitable ; on ne le mettait à mort que s’il avait vraiment commis un assassinat (#No 35:19,21,24,27 ; #2S 14:11). Voir Ville de Refuge.


 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/