Yehoyaqîn Jojakin Jéhojakin Jehoïakin Yoakin Joiakïn

04/10/2013 14:09

Yehoyaqîn ; Jojakin (SEGOND) ; Jéhojakin (SYNODALE) ; Jehoïakin (DARBY) ; Yoakin (Français Courant) ; Joiakïn (JÉRUSALEM) ; Yoyaqïn (T.O.B.) : L’Éternel établit.

      Koldewey découvrit à Babylone, entre 1898 et 1917, un lot de 300 tablettes dont beaucoup contenaient la liste des rations pour les prisonniers de Neboukadnetsar. Parmi elles, une tablette, 15 x 7 cm, cassée en trois, note les rations de « Ya’ukin, roi de Yahud » (Yehoyaqîn, roi de Juda) et de ses cinq fils. Date de la tablette : 13e année de Neboukadnetsar (592 avant Jésus-Christ). Trois autres tablettes portent aussi le nom de Yehoyaqîn. Fait intéressant : Yehoyaqîn est toujours regardé comme étant roi de Juda, malgré le règne de son oncle Sédécias. L’importance de Yehoyaqîn comme roi « officiel » est attestée dans la généalogie de #Mt 1:11,12 L’empreinte d’un sceau, en trois exemplaires, datant de la même époque, vient confirmer la même chose. Il est marqué : « appartenant à Éliakim, garçon de Yehoyaqîn ».

      Donc, malgré la captivité et l’emprisonnement de Yehoyaqîn, ceux qui restaient en Juda lui étaient toujours attachés et ne dépendaient pas tellement de Sédécias. « Garçon de Yehoyaqîn » se traduirait plutôt : « chef de la maison du roi » (même titre qu’en #2R 18:18).

      Fils et successeur de Yehoyaqim sur le trône de Juda ; il accéda à la royauté en 597 avant Jésus-Christ. Selon #2R 24:8, il avait alors 18 ans, mais #2Ch 36:9 indique 8 ans. Cette divergence se rencontre à la fois dans les Septante et dans le texte hébreu. On pense généralement que pendant 10 ans il a été considéré comme associé au règne de son père, et qu’il a été seul sur le trône à 18 ans. Yehoyaqîn fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel, exactement comme l’avait fait son père. Mais Yehoyaqîn ne régna en fait que 3 mois et 10 jours. Pendant ce bref laps de temps, les généraux du roi de Babylone assiégèrent Jérusalem. La ville se rendit au début de la 8e année du règne de Neboukadnetsar (cf. #2R 24:12 ; cf. #Jér 52:28) ; voir Chronologie, IV. Les Babyloniens déportèrent Yehoyaqîn, ses femmes, sa mère, les serviteurs du roi, tous les dignitaires du pays et tous les ouvriers qualifiés (#2R 24:8-16 ; #2Ch 36:9,10). Le roi subit, semble-t-il, un emprisonnement ; mais en la 37e année de son exil, en 562 avant Jésus-Christ, Evil Merodak monta sur le trône de Babylone ; il libéra Yehoyaqîn et pourvut, sa vie durant, à son entretien journalier (#2R 25:27-30 ; #Jér 52:31-34). Jérémie, qui prophétisa pendant et après le court règne de Yehoyaqîn, le nomme souvent Yekonia ou Koniahou. Pour ces variantes du nom, voir Yekonia.

Dessin du sceau d’Éliakim, intendant de Yehoyakîn.  ==> figure 11343

Copyright Editions Emmaüs

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/